Aperçu | Emeline Munos, « Lares et autres divinités de la maison en Campanie »

Le culte domestique romain, encore aujourd’hui empreint de mystère, est à différencier des cultes à mystères et autres cultes privés que pratiquaient certains. Il n’est pas non plus, le pendant du culte public dans le privé, même si des connexions et échanges demeurent entre les eux. Avec ses origines obscures ce culte très prégnant est l’un des piliers capitaux de la vie quotidienne romaine ce qui conduit l’empereur chrétien Théodose à y mettre un terme légal et officiel en 392 de notre ère.  Les sites d’Herculanum et Pompéi, figés en pleine vie par l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère, nous ont fourni des exemples exceptionnels de temples domestiques (laraires ou aediculae) en contexte, parfois même avec leur mobilier. Ils nous permettent aujourd’hui d’appréhender cette vie quotidienne dans l’intimité des pratiques cultuelles domestiques. Continuer la lecture de « Aperçu | Emeline Munos, « Lares et autres divinités de la maison en Campanie » »

Aperçu | Lise Patissou, « « Le Rustre » et « l’Oligarque » selon Théophraste »

Successeur d’Aristote, Théophraste, quoique philosophe, est salué par la postérité comme le père de la botanique. Esprit scientifique, c’est avec précision et objectivité qu’il écrit ses Caractères. Ceux-ci, dont nous n’étudierons que deux portraits, le Rustre et l’Oligarque, ne se laissent classer ni dans la rhétorique, ne dans l’étique, ni dans aucun des genres existants. C’est donc d’une manière unique que Théophraste expose aux Athéniens du IVème siècle avant Jésus-Christ leurs propres défauts. Pour comprendre comment Théophraste met en présence ces deux vices, nous étudierons d’abord la manière dont il les présente, puis nous verrons que cela aboutit à l’écriture d’une œuvre originale et autonome. Continuer la lecture de « Aperçu | Lise Patissou, « « Le Rustre » et « l’Oligarque » selon Théophraste » »

Aperçu | Fatma Djabeur, « Quand la perception visuelle et psychologique de la figure féminine construit ou contredit l’identité du héros. »

Jason est un héros célèbre de la mythologie grecque, il est le conquérant de la Toison d’or, prix du trône d’Iolcos. Sa mission accomplie, il renvoie l’image d’un héros homérique traditionnel. C’est l’étude approfondie des textes dans lesquels il intervient qui permettront de déterminer qui il est réellement ; et c’est dans le contexte amoureux qu’il s’accomplit, sur tous les points mais surtout sur le plan héroïque. Mais comme Jason ne parle jamais de ses amours, pourtant décisives pour sa quête et son statut de héros, il laisse ses amantes dresser son portrait, qui est souvent élogieux dans l’épopée, mais accablant dans la poésie élégiaque. Jason est-il un antihéros ou un héros d’un nouveau genre ? Continuer la lecture de « Aperçu | Fatma Djabeur, « Quand la perception visuelle et psychologique de la figure féminine construit ou contredit l’identité du héros. » »

Aperçu | Neelab Sadat, « L’art monétaire du royaume de Bactriane : circulation et comparaisons »

Nous aborderons toute notre recherche en trois parties. Dans un premier temps nous nous concentrerons sur l’étude des cartes, le territoire, ainsi que sur la puissance du royaume bactrien du IIIe siècle au Ier siècle av. notre ère. Nous aborderons alors la problématique rencontrée dans cette recherche : que pouvons -nous apprendre du royaume bactrien au travers des petites figurines gravées de ses rois ? Continuer la lecture de « Aperçu | Neelab Sadat, « L’art monétaire du royaume de Bactriane : circulation et comparaisons » »

Aperçu | Florian Racine, « Corps à corps? Le dieu fleuve chez Homère, Stace et Silius Italicus »

Le topos du combat contre le fleuve, présent dès Homère, au chant XXI de l’Iliade, offre un exemple intéressant de corps à corps, puisqu’il figure la lutte entre un héros (que ce soit un homme d’ascendance divine ou un homme à la bravoure particulièrement exceptionnelle) et le fleuve, dont la nature est double : à la fois élément et dieu, donc anthropomorphe dans les mondes grec et latin. À travers l’exemple de l’Iliade d’Homère, mais aussi de deux épopées latines d’époque flavienne – les Punica de Silius Italicus et la Thébaïde de Stace – dans lesquelles on trouve une réécriture de la μάχη παραποτάμιος (« machè parapotamios »), nous verrons que les poètes ne donnent pas toujours un corps au dieu-fleuve ou ne le mettent pas en situation de lutte physique, de telle sorte que le corps à corps se trouve lui-même remis en question. C’est donc la question de la possibilité de combattre et de résister à un dieu qui se pose, et plus largement la place et les valeurs des héros dans le genre épique. Continuer la lecture de « Aperçu | Florian Racine, « Corps à corps? Le dieu fleuve chez Homère, Stace et Silius Italicus » »

Aperçu | Aurélien Collignon, « La parole d’Eschyle à travers Les Perses »

Lorsque l’on aborde la question du discours dans l’antiquité, le théâtre est un genre qui s’impose à nous avec force. Dans la tragédie grecque, la parole est au centre de la pensée, sous plusieurs formes : on pense d’abord au dialogue entre les personnages de la tragédie. En effet, que ce soit le chœur ou les autres personnages, tous cherchent à mettre en avant leurs points de vue face aux autres et dialoguent dans ce but. Mais il y a aussi le discours des personnages aux spectateurs. Certes, on ne peut pas dire que le personnage s’adresse directement au public dans le théâtre tragique. Pourtant, certains discours dans la tragédie sont fait pour expliquer certaines choses aux spectateurs, lui rappeler des événements passés pour mieux donner le contexte dans lequel se déroule la pièce par exemple. Enfin, il y a le discours que l’auteur, à travers les personnages, adresse au public. C’est le cas dans la tragédie des Perses, seule tragédie grecque avec un sujet historique que nous ayons conservé. Continuer la lecture de « Aperçu | Aurélien Collignon, « La parole d’Eschyle à travers Les Perses » »

Aperçu | Eva Testa, « Comment l’élite se met-elle en présence ? Étude de portraits provinciaux gallo-romains »

Comme il a été suggéré dans l’argumentaire, l’idée de diffraction peut être mise en relation avec les sciences de l’Antiquité car ces dernières peuvent être abordées sous différents prismes étant donné les différentes temporalités et aires culturelles qu’elles recouvrent. L’étude de la sculpture romaine, et plus précisément du portrait romain, peut s’inscrire dans cette notion de pluralité si l’on prend en compte son éclectisme. Cette pluralité se constate également lorsque l’on observe comment, des portraits officiels, va découler une si grande variété de têtes provinciales qui vont en reprendre les codes de représentations tout en conservant une facture et une identité locale. Continuer la lecture de « Aperçu | Eva Testa, « Comment l’élite se met-elle en présence ? Étude de portraits provinciaux gallo-romains » »

Aperçu | Kevin Galitzky, « Sang et corps en Mésopotamie »

Le sang « est un tissu « liquide » présent uniquement chez les animaux supérieurs et chez plusieurs invertébrés […]. (Il) remplit de multiples fonctions nécessaires à la vie, telle que les échanges respiratoires et nutritifs, la régulation de la température interne, […] et la défense de l’organisme »[1]. Cette définition moderne du sang est le produit des diverses avancées médicales et techniques pour comprendre la constitution et le rôle de ce fluide dans l’organisme. Les peuples de l’Antiquité ne disposaient pas des moyens qui sont les nôtres pour parvenir à cet état de connaissance, mais ils percevaient le caractère vital de cette substance. Outre l’importance de ce liquide pour le bon fonctionnement de notre organisme, le sang porte tout un ensemble de symboles et de valeurs : il peut être bienfaiteur ou malfaisant, pur ou impur,  porteur de vie ou de mort, il peut attester d’une filiation ou encore être un marqueur de la violence. Le sang, en tant que substance matérielle et symbolique, est intimement lié au corps et à ses états. Continuer la lecture de « Aperçu | Kevin Galitzky, « Sang et corps en Mésopotamie » »

Aperçu | Jean-Luc Denel, « Les sources chrétiennes de Minucius Felix »

À la jonction des IIème et IIIème siècles, le christianisme n’est pas encore une religion officielle mais une secte en voie d’expansion. Rome vit sa religion d’État organisée autour de cérémoniaux publics et privés qui laissent l’individu libre de penser tant qu’il manifeste ostensiblement sa pratique. Les Chrétiens vivent donc deux religions, celle imposée par Rome et la foi chrétienne. Fortement imprégnée de judaïsme, la religion chrétienne s’impose doucement par la transition des formes anciennes de cultes regroupées sous la caractérisation de paganisme vers l’adoration d’un dieu unique. Ce n’est pas sans soulever des discussions argumentées par les tenants des diverses parties et opinions. Continuer la lecture de « Aperçu | Jean-Luc Denel, « Les sources chrétiennes de Minucius Felix » »

Aperçu | Coraline Perlumière, « Lorsque l’animal sert à raconter l’Autre : propos des Hellènes sur les Égyptiens »

L’animal possède autant de visages qu’il y a d’yeux pour le regarder et autant de symboliques et de fonctions qu’il y a d’esprits pour le penser. Il est un véritable « prisme du regard ». L’animal tient une place centrale dans la société égyptienne antique. Ancrés dans leur mythologie, les animaux sont reliés aux dieux. Ils deviennent alors des médiateurs ou des dieux incarnés, d’où l’importante piété des Égyptiens envers les animaux. Porteurs de malédictions, comme de bénédictions ; instruments alimentaires ou fonctionnels, ils peuvent aussi être animaux de compagnie. Hérodote, Diodore, Strabon, Plutarque ou encore Élien l’ont bien noté. Ainsi, avec leur vision d’Hellènes, et en utilisant le prisme qu’est l’animal, les Grecs vont parler de l’Égyptien. Continuer la lecture de « Aperçu | Coraline Perlumière, « Lorsque l’animal sert à raconter l’Autre : propos des Hellènes sur les Égyptiens » »

Aperçu | Annick Maurech, « Voir la femme à travers la poésie de Jean-Second « 

Jean Second est un auteur néo-latin de la Renaissance (1511-1538) ; il est considéré comme un poète érotique dans la lignée de Catulle. Dans le Basiorum Liber (Le Livre des Baisers), Jean Second décline un motif unique, le Baiser en dix-neuf poèmes et son regard nous fait découvrir sa bien-aimée, Néère. Tout regard est inévitablement inscrit à travers un prisme, construit à travers celui-ci. Ce prisme représente notre propre pensée, nos systèmes de valeur, le langage, cet outil qui nous aide à découvrir le monde et la poésie. Cette communication s’inscrit dans cet axe. Continuer la lecture de « Aperçu | Annick Maurech, « Voir la femme à travers la poésie de Jean-Second «  »

Aperçu | Lucas Picot, « L’iconographie monétaire d’Héraclès en Maurétanie : portraits d’une figure mythique et poliade »

L’Afrique du Nord antique est marquée par les exploits et l’activité civilisatrice d’Héraclès. L’écho de ses travaux se retrouve dans la culture et la religion locale et plus largement sur les productions monétaires des cités maurétaniennes. Ces médias offrent une mise en présence de cette figure mythique. Dans le paysage africain, Héraclès tient une place prépondérante, celle d’archegète, de deus patrius et de patron des dynasties royales numides et maurétaniennes. Or, les diverses influences culturelles présentes donnent à voir une toute autre image du héros à la massue. S’agit-il du même personnage mythique gréco-romain ou le résultat d’une assimilation avec une divinité locale punico-berbère ? Continuer la lecture de « Aperçu | Lucas Picot, « L’iconographie monétaire d’Héraclès en Maurétanie : portraits d’une figure mythique et poliade » »

Aperçu | Adrien Jardin, « L’armement romain et son utilisation (Ie-IVe ap. J.-C.) »

Si les récits des guerres menées par les Romains tout au long de la République et de l’Empire ont toujours attiré de nombreux chercheurs, ce n’est que depuis un siècle que les études archéologiques et typologiques des armes utilisées au cours des batailles ont commencé. La manière réelle de les manier n’a fait l’objet que de brèves remarques, principalement en raison du manque de sources, qu’elles soient littéraires, archéologiques ou encore iconographiques. Ces dernières décennies, peut être sous l’influence des tentatives d’expérimentation, l’intérêt pour l’escrime antique est apparu. Continuer la lecture de « Aperçu | Adrien Jardin, « L’armement romain et son utilisation (Ie-IVe ap. J.-C.) » »

Aperçu | Camille François, « Mourir en tant qu’étranger en Grèce : du portrait idéalisé à la figure tragique, des représentations différenciées »

Nous pouvons contribuer à la question de « l’œil de l’Autre » et de « l’autopsie » en se focalisant sur l’Etranger, individu complexe à définir en Grèce ancienne. Ce terme implique déjà un examen, celui d’un point de vue sur un individu. Il dépend donc d’une question liée aux mentalités, d’un schéma de pensée commun aux Grecs. Il semble pertinent de relier ce questionnement à la thématique funéraire en se demandant comment une communauté traite les morts qui ne sont pas les siens. Continuer la lecture de « Aperçu | Camille François, « Mourir en tant qu’étranger en Grèce : du portrait idéalisé à la figure tragique, des représentations différenciées » »