Aperçu | Maxime Piqué, « Renaissance et renouvellement d’un genre paradoxal : l’élégie néo-latine comme paradigme de l’intersection des genres »

Nous avons voulu, dans le cadre de cette journée d’étude, qui s’intéresse à l’actualité de la jeune recherche, donner un aperçu de l’enrichissement que les études néo-latines, plus jeunes institutionnellement que les études consacrées à la littérature latine classique, mais néanmoins vivaces, peuvent apporter à la perception d’un genre complexe : l’élégie. S’il est reconnu que la production élégiaque néo-latine est abondante et diverse, les études la concernant demeurent encore très partielles, les éditions et traductions modernes rares. Par l’ambiguïté de ses rapports avec l’épigramme – genre qui a eu un tel succès à la Renaissance que Karl Enenkel y a vu une « auto-représentation de l’Humanisme » –, l’élégie néo-latine se démarque de l’ancrage traditionnel du genre latin dans la thématique amoureuse. Cette thématique a d’ailleurs longtemps prévalu aussi au sein de la littérature secondaire. Nous voudrions montrer comment l’étude des premières productions élégiaques néo-latines du Quattrocento permet d’apprécier, dans une perspective diachronique, la diversité croissante du genre élégiaque par la manière dont il peut s’agréger le genre de l’épigramme ou s’y fondre. Continuer la lecture de « Aperçu | Maxime Piqué, « Renaissance et renouvellement d’un genre paradoxal : l’élégie néo-latine comme paradigme de l’intersection des genres » »

Aperçu | Nicolas Colombi, « La réappropriation des élégies spartiates dans la France du XIX° siècle : héroïsation, mystification, propagande »

L’histoire, la politique et la société spartiates sont à l’origine d’un grand nombre de discussions chez les Anciens comme chez les Modernes. De Thucydide à Jean-Jacques Rousseau, long est le chemin qui a fait des Français un peuple d’homoioi où la liberté et l’égalité sont soudées par une fraternité militaire. Cette idéalisation de Sparte dans son mode de gouvernance et dans sa puissance militaire héroïque est à l’origine d’un véritable « Mythe spartiate » depuis l’avènement des Lumières. Si la présence du mythe est attestée dès l’Antiquité et chez les Modernes, les études semblent floues voire inexistantes concernant sa place dans la France du XIX° siècle ; or, tout au long de cette période, le Mythe spartiate connaît un nouvel emploi. Après le mythe politique prôné notamment pendant la Constituante de 1789 et la période de Terreur qui s’ensuit, le mythe guerrier et héroïque de Sparte apparaît pour satisfaire un patriotisme épique. Cette nouvelle utilisation du mythe s’appuie sur un épisode marquant de l’histoire des Spartiates : les guerres de Messénie.

En outre, dès le VIIe siècle av. J.-C., les Spartiates subissent des pertes importantes face à un avantage tactique de l’ennemi messénien : la phalange hoplitique. La grande Lacédémone que l’on connaît aujourd’hui se trouve ainsi dans l’obligation de résoudre un problème de taille : le traumatisme psychologique de la guerre. Continuer la lecture de « Aperçu | Nicolas Colombi, « La réappropriation des élégies spartiates dans la France du XIX° siècle : héroïsation, mystification, propagande » »

Aperçu | Christopher Jacques, « Aristote et Montesquieu : Deux philosophes à distance ? »

À la question « Qu’est-ce alors que l’histoire comparée ? » qu’il pose lui-même, Paul Veyne répond : c’est « une heuristique »*. C’est à partir de cette méthode, principalement de que s’effectue mon travail de recherche. En effet, ce dernier consiste à comparer sans cesse deux grands philosophes : Aristote et Montesquieu, à travers deux grandes œuvres, les Politiques et L’Esprits des lois.

Tous deux ont bénéficié de nombreuses études, sans qu’ils ne soient jamais comparés l’un à l’autre, si ce n’est lors de brèves évocations (voir, pour l’étude peut-être la plus poussée, GOYARD-FABRE Simone, Montesquieu : la nature, les lois, la liberté). À partir de cette méthode, il est possible de rapprocher Aristote et Montesquieu et de mettre en lumière de nombreuses similitudes qu’il existe entre eux. Ainsi nous pouvons voir que : comme Aristote, Montesquieu écrit pour les législateurs, comme Aristote, il réfléchit à partir des institutions déjà existantes, comme Aristote, il utilise une typologie des gouvernements fondée sur le nombre de gouvernant… De nombreuses similitudes s’observent donc entre ces philosophes lorsqu’il s’agit de politique. Peut-on affirmer alors qu’Aristote est un modèle pour Montesquieu ? Continuer la lecture de « Aperçu | Christopher Jacques, « Aristote et Montesquieu : Deux philosophes à distance ? » »

Aperçu | Grâce Porterie, « L’éloquence, outil de séduction compensatoire d’un personnage topique : l’amoureux disgracié »

Nous trouvons dans la littérature, qu’elle soit antique ou moderne, un certain nombre de personnages qui s’inscrivent dans un schéma amoureux contrarié topique : celui d’un prétendant disgracié par des manquements physiques ou sociaux s’efforçant de faire valoir la primauté du cœur et de l’esprit. Impuissant à séduire par ce qu’il est, il arrive que l’amoureux entreprenne de produire un discours destiné à convaincre l’être aimé de céder à ses avances malgré des critères physiques ou sociaux rédhibitoires ; dès lors, le recours à une éloquence palliative devient un topos qui fonctionne de pair avec le premier.

Notre projet s’attache ainsi à traiter de manière inédite, sous l’angle de la rhétorique, des textes dont l’enjeu oratoire a été écarté par la recherche, essentiellement consacrée à la vocation poétique initiale de ces textes. Par ailleurs, nous avons choisi d’élargir notre démarche en intégrant dans notre corpus des textes français contemporains, sélectionnés selon une logique qui se veut délibérément symptomatique plutôt qu’exhaustive. Continuer la lecture de « Aperçu | Grâce Porterie, « L’éloquence, outil de séduction compensatoire d’un personnage topique : l’amoureux disgracié » »

Aperçu | Emmy Martins, « Divinités «chthoniennes» en réseau dans une imprécation chypriote »

Les divinités dites « chthoniennes » sont mises à l’honneur dans la documentation imprécatoire. Aussi bien dans les sources de la tradition manuscrite que celles épigraphiques et papyrologiques, ces divinités prennent place au sein de listes, autant d’exemples de configurations divines. De ces listes, bien qu’elles diffèrent en fonction des contextes culturels et des conditions  d’énonciation,  l’étude  permet  de  comprendre  les  divinités  dites « chthoniennes » en réseau, au sein de micro-panthéons. La mise en série apporte alors des éléments de réflexions tant sur les prérogatives des divinités, données par l’agent du rituel, que sur le rôle des « attributs onomastiques » utilisés, révélant un double niveau de construction : le groupe de divinités et les puissances divines elles-mêmes. Pour illustrer cette double approche systémique, ma communication porte plus précisément sur le réexamen d’une imprécation singulière de mon corpus. Continuer la lecture de « Aperçu | Emmy Martins, « Divinités «chthoniennes» en réseau dans une imprécation chypriote » »

Aperçu | Marie Heurtin, « Verrès spoliateur : l’utilisation des sens comme outil du vol à travers l’argumentation de Cicéron »

Lorsqu’il est en charge de la préture de Sicile entre 73 et 71 av. J.-C., Caius Licinius Verres se rend notoire pour les nombreux méfaits qu’il commet dans les cités de sa province. Sa mise en accusation une fois rentré à Rome aboutit à un procès, en 70 av. J.-C., lors duquel Cicéron défend avec fermeté les Siciliens. Même si la procédure s’éteint rapidement en raison de la fuite de l’accusé, Cicéron publie néanmoins l’intégralité de sa plaidoirie : une série de cinq discours où il accable l’ancien préteur. Ceux-ci sont le résultat d’une enquête menée sur le terrain et du recueil de nombreuses plaintes portées à l’encontre du protagoniste. Parmi elles, ses innombrables vols se révèlent un des thèmes majeurs de l’affaire. À travers l’inventaire que l’avocat dresse des pièces d’art dérobées, en particulier dans le De Signis, il est possible d’observer que le préteur use de plusieurs méthodes qui diffèrent selon les espaces qu’il occupe ainsi que selon les moments. Il est vrai que, pour répondre à sa « passion », Verrès n’hésite pas à passer à l’action en plein jour et seul ou bien à employer, lorsque vient la nuit, des tiers pour le pillage. Continuer la lecture de « Aperçu | Marie Heurtin, « Verrès spoliateur : l’utilisation des sens comme outil du vol à travers l’argumentation de Cicéron » »

[Annulé] Aperçu | Dimitri Antic, « Archéologie : les divinités païennes présentes sur les sarcophages chrétiens de l’antiquité tardive »

L’antiquité tardive est une période complexe de l’histoire européenne. Qualifiée dans un premier temps par les historiens et archéologues du XXe siècle comme une période de conflits et de chaos ambiant menant à l’effondrement de l’empire romain d’occident, l’antiquité tardive est aujourd’hui étudiée à travers des prismes bien plus nuancés. Il apparaît cependant évident que cette période est composée de nombreuses évolutions et nouveautés qui modifieront à jamais l’Europe occidentale. L’antiquité tardive marque en effet l’apparition d’un événement majeur qui impactera l’ensemble des sociétés européennes : le christianisme. Ces découvertes et ces compréhensions nouvelles sont possible grâce au regard nouveau des générations d’historiens et archéologues de la fin du XXe et du début du XXIe siècle, ainsi qu’au développement de domaines d’études tels que l’archéologie du bâti ou l’archéologie funéraire. C’est à travers cette journée d’étude du master mondes anciens que nous souhaitons aborder ce croisement du domaine de l’archéologie funéraire et cette période de transitions idéologiques et sociétales qu’est l’antiquité tardive, en abordant les figures païennes présentes sur des sarcophages chrétiens dans le sud de la Gaule et le pourtour méditerranéen. Continuer la lecture de « [Annulé] Aperçu | Dimitri Antic, « Archéologie : les divinités païennes présentes sur les sarcophages chrétiens de l’antiquité tardive » »

Aperçu | Gwendael Chambonneau, « Sarapis dans le monnayage alexandrin du IIè siècle de notre ère, réalisation et utilisation d’un catalogue numismatique »

Sarapis, divinité aux origines quelque peu obscures, apparaît comme l’une des plus importantes d’Alexandrie, et plus globalement de l’Egypte impériale romaine. Si les sources historiques sur cette divinité sont assez nombreuses, notamment littéraires et épigraphiques, le domaine numismatique semble être quant à lui quelque peu en marge. La monnaie constitue pourtant une source toute particulière, étant en effet un témoignage direct de la société qui l’a créée. Si de nos jours l’iconographie monétaire a perdu une grande partie de sa signification, il  en  était  tout  autrement  au  second  siècle de notre ère, « âge d’or » de l’Empire romain au sein duquel règne la Pax Romana. Alexandrie, véritable carrefour cultuel, culturel et commercial du bassin méditerranéen, est néanmoins restée à ce moment-là en marge du reste de l’Empire, notamment du point de vue de son économie, en partie due au fait qu’après la conquête romaine, elle ait conservé le système de drachmes et de tétradrachmes. Disposant d’une certaine autonomie, l’atelier d’Alexandrie est autorisé à produire des monnaies, qui se distinguent de celles frappées sous l’autorité impériale, et que l’on qualifie de nos jours de monnaies provinciales. Continuer la lecture de « Aperçu | Gwendael Chambonneau, « Sarapis dans le monnayage alexandrin du IIè siècle de notre ère, réalisation et utilisation d’un catalogue numismatique » »

Aperçu | Paul Zavagno, « Les tribuns militaires à pouvoir consulaire, un partage des pouvoirs problématique »

En 444 av. J.-C. apparaissent les tribuns militaires à pouvoir consulaires comme premiers magistrats de Rome. Jusqu’en 367 av. J.-C. et les lois licinio-sextiennes Rome connaîtra (selon l’annalistique et les fastes) tour à tour consuls et tribuns consulaires. Les questions sont nombreuses à propos de cette magistrature, et peu de réponses suscitent l’adhésion de tous les chercheurs. L’histoire de ces personnages n’a d’ailleurs pas réellement fait l’objet d’une synthèse globale satisfaisante. Pour tenter d’apporter de nouvelles explications à certains de ces problèmes il est possible d’étudier les tribuns militaires à pouvoir consulaire à partir de leurs différences avec les consuls, et notamment le partage des pouvoirs et des auspices. En effet, il est attesté que les pouvoirs des consuls sont tournant (à travers le phénomène du turnus des faisceaux), or ceux des tribuns militaires ne semblent pas l’être; ainsi ils possèdent en même temps les mêmes pouvoirs. Continuer la lecture de « Aperçu | Paul Zavagno, « Les tribuns militaires à pouvoir consulaire, un partage des pouvoirs problématique » »

Aperçu | Pauline Brunati, « La sensibilité virile des héros, d’Homère à Plutarque »

Si la réception d’Homère chez les Anciens a suscité l’intérêt de nombreux chercheurs depuis les publications bien connues de l’homérisant Arthur Ludwich, aucune étude d’ensemble n’a été jusqu’à présent consacrée aux Vies Parallèles. Or cette partie du corpus plutarquéen offre un intéressant témoignage permettant de déterminer comment le système de valeurs héroïques et les codes de la virilité ont évolué, du monde d’Homère aux premiers siècles de l’ère chrétienne ; car comme l’a bien souligné Roland Barthes dans ses Fragments d’un discours amoureux, « Les images de la virilité sont mouvantes » : la valeur virile, qui au premier abord semble immuable, se trouve en réalité profondément soumise à l’histoire. La lecture attentive du discours de Plutarque nous invite ainsi à évaluer la pérennité de l’idéal héroïque véhiculé par Homère, idéal construit en partie sur l’opposition des genres. Dans le cadre de cette journée d’étude consacrée à « L’actualité de la jeune recherche en Sciences de l’Antiquité », une enquête en particulier sera mise en avant, celle portant sur l’évolution du langage des larmes.
Continuer la lecture de « Aperçu | Pauline Brunati, « La sensibilité virile des héros, d’Homère à Plutarque » »

Aperçu | Kévin Denia, « Le Socrate des dialogues de jeunesse de Platon : éducateur ou dominateur ? »

Les idées qu’exprime Socrate dans les dialogues de jeunesse de Platon sont indéniablement paradoxales, « tout ce que je sais c’est que je ne sais rien » n’en est qu’un exemple fameux. Mais une figure dans son entièreté peut-elle être qualifiée de paradoxale ? Il faut dans ce cas que cette figure incarne le paradoxe, qu’elle en devienne le porte-étendard ou, à défaut de cette prise de conscience, en soit la personnification. La figure de Socrate, comme nous le verrons, répond à cet impératif constant par différentes stratégies argumentatives savamment orchestrées – ou du moins retranscrites – par Platon. Mais il ne s’agit pas là d’une terra incognita des études socratiques, loin s’en faut. C’est pourquoi nous lierons cette recherche à la seconde acception du mot « paradoxe ». En effet, comme le précise le dictionnaire de l’Académie française, ce mot en est venu à désigner, de façon plus restrictive, une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique interne. Or le Socrate des dialogues de jeunesse de Platon, à bien des égards, présente de nombreuses contradictions. Continuer la lecture de « Aperçu | Kévin Denia, « Le Socrate des dialogues de jeunesse de Platon : éducateur ou dominateur ? » »

Aperçu | Lara Ducher, « La villa dite « de Nymfius » : nouveaux questionnements sur les résultats des fouilles anciennes »

Depuis sa découverte au milieu du XIXème siècle, le secteur résidentiel du site archéologique d’Arnesp (Valentine, Haute-Garonne) nourrit autant de résultats que d’interprétations, difficiles à trier. La documentation disponible, réunie au gré des recherches, permet aujourd’hui de dresser une synthèse sur les espaces de la villa, ainsi qu’un bilan des lacunes méthodologiques liées aux fouilles anciennes. En démêlant apports et limites de ces dernières, l’illusion de la connaissance du site, créée par la masse de données accumulée, est déconstruite. 

Qu’en est-il du phasage chronologique du site ? En cartographiant les structures souterraines à peine évoquées dans les archives de fouille, non relevées sur le plan général, ainsi que les indices d’une réoccupation postérieure à l’abandon de la fonction résidentielle « primitive », l’histoire de la villa apparaît sous une autre forme. De même, la réalisation d’un inventaire précis et une étude architecturale des différentes pièces permet de revenir sur leur fonction et leur organisation.

Continuer la lecture de « Aperçu | Lara Ducher, « La villa dite « de Nymfius » : nouveaux questionnements sur les résultats des fouilles anciennes » »

Aperçu | Myriam Alami , « Un ensemble de mosaïques méconnues : la domus du 13 quater rue Augusta à Auch »

En avril 2017, a été découverte, rue Augusta à Auch, une domus d’époque gallo-romaine. C’est lors de la construction d’une maison individuelle qu’ont été mis au jour les vestiges d’un très vaste ensemble architectural. L’INRAP a fouillé l’habitation sur une superficie de plus de 800 m², mettant en évidence plusieurs états d’occupation depuis la fin du Ier siècle de notre ère et jusqu’à son abandon au Ve siècle. La domus a ainsi été partiellement dégagée dans sa partie nord-est, le reste étant toujours enfoui sous les parcelles des maisons voisines. L’étude portera sur le dernier état de l’habitation, daté de la fin du IVe siècle, où un espace thermal ainsi que des décors luxueux sont aménagés. Continuer la lecture de « Aperçu | Myriam Alami , « Un ensemble de mosaïques méconnues : la domus du 13 quater rue Augusta à Auch » »

Aperçu | Rafaëlle Algoud, « La céramique en contexte rituel : l’exemple du sanctuaire de la Genetoye à Autun. »

Le sanctuaire de la Genetoye, situé à proximité du rempart antique d’Augustodunum, caput civitatis éduenne, compte parmi les lieux de culte périurbains les plus monumentaux de Gaule. Depuis la mise en place du Programme Collectif de Recherche (PCR) en 2012 sur ce quartier particulier d’Autun (Saône-et-Loire), de nouvelles données ont pu être collectées, notamment par le biais de la fouille programmée, mais aussi au moyen de prospections géomagnétiques et de travaux universitaires. Ainsi, l’étude céramologique envisagée cette année, dans le prolongement d’un travail effectué en 2017-2018, intègre trois sites importants du sanctuaire : le théâtre, le temple « de Janus » et un bâtiment à exèdre identifié à un complexe Continuer la lecture de « Aperçu | Rafaëlle Algoud, « La céramique en contexte rituel : l’exemple du sanctuaire de la Genetoye à Autun. » »