Aperçu | Coraly Galindo, “La représentation de la présence étolienne dans le sanctuaire de Delphes au IIIe siècle av. J.-C.”

« Là, se voit aussi un trophée érigé par les Étoliens, avec une statue de femme armée, qui représente l’Étolie. Ce monument a été consacré aux dépens des Gaulois ». Pausanias nous parle dans sa Description de la Grèce d’une statue encore présente au IIer siècle ap. J.-C, lors de son passage à Delphes. Les Étoliens ont érigé cette statue après leur victoire sur les Galates en 279 av. J.-C. Ils prônent le mérite de cette victoire mais ils n’étaient bien entendu pas les seuls à défendre le sanctuaire. C’est donc par cette victoire que les Étoliens mettent la main sur le sanctuaire à partir du début du IIIe siècle av. J.-C, et leur pouvoir s’accroît à chaque fois que les Étoliens récupèrent un siège de plus au conseil amphictyonique. Les Étoliens ont multiplié les témoignages de leur présence durant ce siècle, notamment avec plusieurs statues qu’elles soient publiques ou privées. Les traces de leur présence ne manquent pas. Les archéologues qui ont fouillé le sanctuaire ont pu reconstituer grâce aux fragments retrouvés un peu partout autour de la terrasse du temple et de l’opisthodome, les monuments comme ils devaient être érigés au IIIe siècle av. J.-C. La statue représentant l’Étolie décrite par Pausanias est la plus symbolique de toutes les consécrations faites par les Étoliens. C’est la première des offrandes étolienne qui célèbre la victoire sur les Galates. Nous verrons que les Étoliens ont consacré plusieurs monuments en rapport avec cette victoire mais également avec d’autres évènements du IIIe siècle.

Bibliographie indicative :

AMANDRY, P., « Consécration d’armes galates à Delphes »,  in : Bulletin de correspondance hellénique, 102.2, 1978, p. 571-586.

COURBY, F., Fouilles de Delphes II, terrasse du temple, Fontemoing, Paris 1927.

FLACELIERE, R., « Les rapports de l’Aitolie et de la Béotienne au IIIe siècle av.J.-C », in : Bulletin de correspondance hellénique, 1930, p. 75-94.

NACHTERGAEL, G., Les Galates en Grèce et les sotéria de Delphes : recherches d’histoire et d’épigraphie hellénistiques, in : Revue belge de philologie et d’histoire, tome 57, fasc. 3, Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1977.

REINACH, A., « Un monument delphien : les trophées gaulois de Kallion », in :  Journal international d’archéologie numismatique, 13, 1911, p. 117-240.

Aperçu | Bastien Rouvière, “Suivre un dieu à la trace, Sarapis hébergé dans les sanctuaires d’autres divinités en Égypte (IVème siècle a.C.-IVème siècle p.C.)”

La diffusion de la figure divine de Sarapis sur sa terre natale qu’est l’Égypte reste encore fort mal connue. Hormis quelques grands sanctuaires qui se situent pour la plupart dans la région alexandrine et dont le nom est passé à la postérité, les autres sanctuaires de Sarapis disséminés sur le territoire égyptien sont bien moins connus. Nous dénombrons à l’heure actuelle une quarantaine de sanctuaires le long de la vallée du Nil et dans les déserts qui s’étendent sur chacun de ses côtés, cependant si Sarapis est présent dans chacun d’entre eux il n’a pas la même place dans chacun des cas. En effet une partie de ces temples sont directement dédiés à Sarapis, mais une part importante de notre corpus concerne des sanctuaires dans lesquels Sarapis n’est pas le propriétaire principal il est souvent un sunnaos theos. La traque de divinités accompagnant la divinité principale d’un sanctuaire peut s’avérer bien complexe car cette dernière laisse souvent moins de traces que le propriétaire des lieux. Il est alors nécessaire de croiser des sources de différentes natures à notre disposition (épigraphie, papyrologie, archéologie…) pour retrouver Sarapis dans des sanctuaires qui ne sont pas les siens. Nous cherchons ainsi à savoir si les formes qu’ont pu prendre les diverses installations de Sarapis dans ces sanctuaires peuvent nous apporter des réponses.

Bibliographie indicative :

BRECCIA, E., Monuments de l’Égypte gréco-romaine, Tome Premier, Officine dell’Istituto italiano d’arti grafiche, Bergamo, 1926.

BRICAULT, L., Les cultes isiaques dans le monde gréco-romain, Les Belles Lettres, Paris, 2013.

BRICAULT, L., & VERSLUYS, M. J. (ed.), Isis on the Nile : Egyptian gods in Hellenistic and Roman Egypt : proceedings of the IVth International conference of Isis studies, Liège, November 27-29, 2008 : Michel Malaise in honorem, Brill, Leiden-Boston, 2010.

DUNAND, F., & ZIVIE-COCHE, C., Dieux et hommes en Égypte 3000 av. J.-C. 395 apr. J.-C., Armand Colin, Paris, 1991.

SARAGOZA, F., « La « maison à double-carré » de Médamoud et les sanctuaires isiaques d’Égypte », in : Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 112, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 2012, p. 349-370.

Aperçu | Fanny Isnardon, “L’Oppidum de l’Impernal de Luzech (Lot) – De la découverte des vestiges anciens aux traces laissées par les chercheurs.”

Les oppida de la région du Lot ont été longuement fouillés notamment au 19e siècle afin de découvrir le lieu exact de la dernière bataille de la guerre des Gaules, la bataille d’Uxellodunum, décrite par Jules César dans ses commentaires. Les premières fouilles sur l’Impernal ont donc été opérées dans cette optique. Grâce à la découverte d’un murus gallicus sur le plateau Luzech a été envisagé pour être Uxellodunum. Ce qui a permis de mettre en lumière ce site et d’intéresser de nombreux archéologues et amateurs à venir fouiller sur ce site. Depuis la découverte de l’Impernal les différentes recherches ont permis de dégager un certain nombre de bâtiments sur le plateau principal, qui ont été datés entre la période d’Hallstatt et le Haut-Moyen Age. Le site de l’Impernal comprend encore aujourd’hui de nombreux vestiges anciens notamment temple de type « fanum », une forge ainsi que trois remparts d’époques différentes dont un de type « murus gallicus ». En plus de ces traces d’époques anciennes les différentes fouilles ont pu laisser elles aussi leurs traces sur le plateau. En effet, à travers les récits journaliers des archéologues ou des amateurs du 20e siècle il est possible de rétablir les zones et plus précisément les tranchées de fouilles faites lors de ces recherches. Enfin, certains indicateurs sur le site permettent de localiser ces fouilles. Il s’agit donc ici de réfléchir à la façon reprendre des recherches sur les vestiges anciens en prenant en compte les précédentes études menées sur le site de l’Impernal.

Bibliographie indicative :

VIRE, A., Commission d’étude des enceintes préhistoriques et Fortifications anhistoriques, Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 10, fascicule 12, 1913, p. 687-713.

TARDIEU., R., Fouilles de l’Impernal « Bâtiment VI », Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, Cahors, tome 75, fascicule 4, 1954, p. 203-215.

ROYERE., J., L’Oppidum de l’Impernal, Annales des Xie Rencontres Archéologiques de Saint-Céré, 10, 2003, p. 47-56.

GUYARD, L.,  LUZECH – Le site de l’Impernal, Annales des XXVIIIe Rencontres Archéologiques de Saint-Céré (Lot), 27, 2020, p. 107-116.

FILIPPINI, A., Carte archéologique de la Gaule (46) : le Lot. Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’homme, 2011, p. 189-194.

Aperçu | Marianne Schreinemachers, “Circulation monétaire sur le site de La Fontaine du Haut à L’Isle-Jourdain (Gers), Ier – Ve siècles ap. J.-C.”

En 2019, une fouille d’archéologie préventive réalisée par le bureau d’études Hadès à La Fontaine du Haut, sur la commune gersoise de L’Isle-Jourdain, a livré 1255 monnaies romaines datées du Ier au Ve siècle ap. J.-C. Les recherches archéologiques ont permis la découverte de nombreux vestiges sur la commune de L’Isle-Jourdain, et notamment au sud du centre-ville, où se trouve le site de La Fontaine du Haut. Ce gisement est situé près d’un ancien relais routier antique – la Mutatio Bucconis – placé sur la voie romaine qui reliait Toulouse à Bordeaux. Ce travail de recherche a pour objectif d’étudier les traces de la circulation monétaire à La Fontaine du Haut. Les dates d’émission, les ateliers monétaires et la proportion de monnaies d’imitation permettront ainsi de dresser un tableau de la circulation monétaire dans le sud de L’Isle-Jourdain. Elles seront comparées avec les découvertes numismatiques d’autres sites archéologiques localisés à proximité, tels que La Gravette, Cornac Ouest et La Fontaine du Haut (2017). La confrontation de l’important corpus de 1255 monnaies avec ces trois lots de taille plus modeste précédemment mis au jour à L’Isle-Jourdain, permettra une mise en perspective intéressante de La Fontaine du Haut et complétera les informations sur la circulation monétaire locale. Dans la mesure où aucun lot aussi important n’a été trouvé dans la région entre Bordeaux et Toulouse, l’étude numismatique de La Fontaine du Haut à L’Isle-Jourdain comblera une lacune dans les connaissances numismatiques régionales, et revêt à ce titre un caractère précurseur.

Bibliographie indicative :

AMANDRY, M., BURNETT, A. M., Hostein, A., CALLATAY F. de, La monnaie antique : Grèce et Rome, VIIe siècle av. J.-C.-Ve siècle apr. J.-C, Ellipses, Paris, 2017.

CARRIE, J.-M., « Ressources métalliques, politiques monétaires, production et circulation des espèces dans l’Empire romain tardif », in : Chameroy J. et Guihard P.-M. (ed.), Produktion und Recyceln von Münzen in der Spätantike / Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire, 1. 1ères Rencontres internationales de numismatique (15-16 mai 2014, Mainz), p. 3‑27, 2016.

PILON, F., « Les imitations du milieu du IVe siècle : production, diffusion et interprétation », in : Chameroy J. et Guihard, P.-M. (eds.), Produktion und Recyceln von Münzen in der Spätantike / Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire, 1. 1res Rencontres internationales de numismatique (15-16 mai 2014, Mainz), p. 265-277, 2016.

Rapports d’opérations :

CAZES, J-P., (dir.), L’Isle -Jourdain « La Gravette », DFS de sauvetage urgent (1994), 2° opération, avec le concours de la Direction Départementale de l’Équipement du Gers, SRA Midi-Pyrénées, 2 vol, 1997.

PAYA, D., L‘Isle-Jourdain, Cornac-ouest, Collège du Gers (Gers) ; Rapport final d’opération de fouilles. Bègles : Inrap Grand Sud-ouest, Vol 1., 2018.

Aperçu | Odile Sens, “Le pouvoir dramaturgique des traces”

Objets, bijoux empoisonnés, costumes, traces de pas, mèches de cheveux, marques physiques… Autant de traces d’un passé particulier qui rythment le déroulement des tragédies. Quelle que soit leur forme, elles agissent comme des indices qui amènent les personnages à une reconnaissance du passé, dans le présent tragique. Les tragédies consistent alors en une découverte de ces marques tangibles qui permettent de comprendre ce qui se joue sur scène. Ce n’est ainsi pas réellement l’enchaînement formel des actions qui fait la tragédie, mais bien la découverte de ces vestiges du passé, dont l’interprétation permet d’enclencher le processus tragique, et d’amener les personnages à l’accomplissement de leur destin. Dans cette poursuite des traces, le symbole se substitue à la logique, et il nous importe alors peu de savoir si elles sont cohérentes, ou si elles ont été visibles sur scène au moment de la représentation : le texte en porte à lui seul la réalité. Nous nous demanderons alors dans quelle mesure ces traces fonctionnent comme des catalyseurs de l’action tragique, en examinant leur étendue dans un corpus tragique large. Nous pourrons alors prendre conscience du pouvoir qu’elles possèdent, en tant que vestiges du passé dont la duplicité d’interprétation permet de créer une tension tragique.

Bibliographie indicative :

DAMSCHEN, G., HEIL, A., WAIDA, M. (eds.), Brill’s Companion to Seneca, Brill, Leiden, Boston, 2014.

DUPONT, F., Les Monstres de Sénèque, Belin, Paris, 1995.

LE GUEN, B., & MILANEZI, S., 2013 : L’appareil scénique dans les spectacles de l’Antiquité, Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 2013.

MARKANTONATOS, A. (ed.) 2020, Brill’s Companion to Euripides, vol. 1, Brill, Leiden, Boston, 2020.

MARKANTONATOS, A. (ed.), Brill’s Companion to Sophocles, Brill, Leiden, Boston, 2012.

MUELLER, M., Objects as actors: props and the poetics of performance in Greek Tragedy, University of Chicago Press, Chicago, London, 2016.

TAPLIN, O., Greek Tragedy in Action, University of California Press, Londres et New York, [1978] 2003.

VUILLEMIN, J., « La Reconnaissance dans l’Épopée et dans la Tragédie », in : Archiv für Geschichte der Philosophie, N.R., 66, (3), 1984, p. 243-280.

Aperçu | Léo Devaud, “Les homónoiai de Dion de Pruse et d’Aelius Aristide : un moyen pour se protéger de Rome ?”

Si l’on en croit le récit de Thucydide dans la Guerre du Péloponnèse le terme homónoia, que l’on peut traduire imparfaitement par concorde, naquit au cours de la stásis athénienne de 411. Peu après, le vocable fit florès dans l’Athènes de la sortie de guerre du Péloponnèse et du IVe siècle : on le retrouve dans les discours judiciaires, dans les écrits philosophiques et, surtout, dans les écrits d’Isocrate qui s’en sert pour justifier une union hellénique contre la Perse ou encore faire valoir une concorde civique. De façon paradoxale, lors de sa genèse, l’homónoia n’a rien d’irénique et porte la trace indélébile d’une société en tension. L’homónoia ne cesse pas d’être utilisée après la période classique, on la retrouve, par exemple, dans ce que nous appelons la Septante et dans les écrits des communautés chrétiennes des premiers siècles de notre ère. L’enjeu de notre communication est d’étudier les changements structurels que le terme homónoia semble connaître dans le contexte de l’Asie Mineure du Ie et du IIe siècles de l’ère chrétienne, notamment sous l’impulsion de Dion de Pruse (≈ 40 apr. J.-C. – ≈ 110) et l’apport d’Aelius Aristide (117 – ≈180). En effet, cette période et cet espace géographique sont le théâtre de nombreuses disputes civiques et de tensions entre les cités offrant une resémantisation au terme qui nous étudions. L’homónoia que l’on trouve dans le corpus de nos deux auteurs est le symbole d’une période au cours de laquelle les cités des provinces d’Anatolie s’affrontent pour s’attirer les bonnes grâces de Rome, avec l’obtention par exemple du titre de néocore, et se querellent pour des questions territoriales, voire économiques. Certains passages de Dion et d’Aelius Aristide sont également des marqueurs de tensions civiques, notamment à cause de gabegies pour le Pruséen. Pour traiter ce sujet, deux œuvres de circonstances retiennent notre attention. Tout d’abord, le Discours politique tenu à l’assemblée que Dion a tenu à Pruse, probablement en 105, dans lequel l’orateur cherche à œuvrer à la réconciliation des Pruséens, devant une foule courroucée par les malversations des fonds publics et une élite divisée concernant la volonté dionéenne d’aménagement public. Ensuite, le discours Sur la concorde qu’Aelius Aristide a prononcé en janvier 167 à Pergame devant le koinon de la province d’Asie, à travers lequel l’orateur, de ce que l’on nomme la Seconde Sophistique, tente d’apaiser les querelles de titulature qui empoisonnent les relations entre les cités d’Éphèse, Pergame et Smyrne. Ces œuvres s’insèrent dans le contexte dans lequel les cités divisées et les cités en conflit prennent le risque d’irriter une Rome soucieuse de maintenir la pax romana, et, donc, de voir leurs libertés s’amoindrir. Dans cette atmosphère particulière, peut-on voir la trace d’une resémantisation de l’homónoia, comme un moyen utilisé pour se protéger de Rome, dont se sert Dion de Pruse et Aelius Aristide pour faire sourdre dans l’esprit de leurs auditeurs la vanité de leurs luttes fratricides, face au courroux de Rome ? Ou doit-on voir dans l’homónoia un terme de rhétorique politique employé pour servir ses intérêts ? Voici tout l’enjeu de notre communication qui, par le biais de comparaisons, tend à montrer la vivacité de l’homónoia dans l’Anatolie des Ie et IIe siècles de l’ère chrétienne.

Bibliographie indicative :

AMATO, E., Traiani praeceptor : studi su biografia, cronologia e fortuna di Dione Crisostomo, Pr. Universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2014.

BIANCO, E., « Reciprocità e concordia nell’orazione XXIII di Elio Aristide », Aevum : Rassegna di Scienze Storiche, Linguistiche e Filologiche, 83.1, 2009, p. 89-100.

JONES, C. P., The Roman world of Dio Chrysostom, Harvard University Press, Cambridge (Mass.), 1978.

DE ROMILLY, J., « Vocabulaire et propagande, ou les premiers emplois du mot ὁμόνοια », in : Irigoin Jean, Laroche Emmanuel, Romilly Jacqueline de, Mélanges de linguistique et de philologie grecques offerts à Pierre Chantraine, Klincksieck, Paris, 1972, p. 199-209.

Aperçu | Kaya Gomard, “L’oiseau et l’enfant : étude de la place des oiseaux dans l’espace domestique grec et romain durant l’Antiquité.”

Durant toute l’Antiquité, les oiseaux étaient présents dans les maisons, entretenant diverses relations avec les habitants du foyer. Les interactions entre humains et animaux ont laissé peu de traces, mais il est possible de retrouver certaines d’entre elles dans des textes ou des images antiques. Elles peuvent ressurgir au détour d’un traité philosophique comme d’un récit littéraire, généralement dans une petite histoire ou une anecdote, voire une précision sur le sujet évoqué, ou s’inviter dans une scène peinte sur un vase ou un mur. Ces indices nous offrent alors un aperçu de la place de l’oiseau dans l’espace domestique et ses relations avec les membres de la maison. Parmi eux, les enfants constituent une catégorie distincte. Leurs interactions avec les oiseaux sont souvent présentées sous un aspect ludique ou affectif. Les textes évoquent les volatiles appartenant à des enfants comme des jouets. D’autres au contraire les décrivent comme des compagnons très chers. La différence entre un objet et un ami avec lequel on joue est cruciale. En effet, les relations n’ont pas la même intensité et les conditions de vie de l’oiseau ne sont pas les mêmes. Qu’en était-il réellement ? Quels sont le degré et la nature de l’affection entre l’enfant et son animal (et réciproquement) que les textes nous montrent ? Et quels sont les traitements reçus par l’oiseau ? À l’aide des traces laissées par les volatiles dans les textes grecs et romains, et parfois dans l’iconographie, nous tenterons d’éclaircir le statut de l’oiseau lorsqu’il est entre les mains d’un enfant.

Bibliographie indicative :

AMAT, J., Les Animaux familiers dans la Rome antique, Collection Réalia, Paris, 2002.

BARATAY, E., Le Point de vue animal: Une autre version de l’histoire, L’Univers historique, Paris, 2012.

BODSON, L., L’Animal de compagnie : ses rôles et leurs motivations au regard de l’histoire : Journée d’étude, Université de Liège, 23 mars 1996, Liège, 1997.

NÉRAUDAU, J.-P., Être enfant à Rome, Les Belles Lettres, Paris, [1984] 2008.

Aperçu | Aymeric Deher, “Thucydide et Hippocrate : une vision «pessimiste» de la nature humaine ?”

Lire Thucydide revient à se plonger dans les tumultes de la guerre du Péloponnèse. Bien que les descriptions de combat soient peu nombreuses et qu’elles apparaissent le plus souvent sous la forme d’un compte-rendu de batailles, cela n’ôte rien au côté tragique de la guerre. En fait, le conflit évoqué par Thucydide peut se manifester non seulement sur un champ de bataille mais également au sein même des individus. Ainsi, le conflit qu’il soit interne ou externe, est-il en partie l’expression de la « nature humaine » que Thucydide ambitionne d’explorer dans son œuvre. Hippocrate l’Asclépiade, un contemporain de Thucydide considéré comme le père de la médecine par les Modernes, s’est aussi intéressé à cette notion fondamentale en rédigeant des traités sur la Nature de l’Homme, la Nature de la Femme, et sur la Nature de l’enfant. Continuer la lecture de « Aperçu | Aymeric Deher, “Thucydide et Hippocrate : une vision «pessimiste» de la nature humaine ?” »

Aperçu | Calypso Dabouis, “Le petit mobilier et les déchets de forges du complexe artisanal de l’Antiquité tardive de Las Cravieros (Fanjeaux, 11) : un aperçu de l’étude en cours”

Le site de Las Cravieros est un complexe artisanal de la fin du IVe s. et du Ve s., situé actuellement à Fanjeaux, dans l’Aude. Deux espaces d’activité artisanal sont définis, un premier dédié à la production de céramique et de terres cuites architecturales, et un second consacré au travail du fer et au grillage de céréales. Des fouilles programmées sont en cours depuis 2017, dirigées par Benoît Favennec (responsable de service et d’opération au Service de l’Inventaire Patrimonial et de l’Archéologie de Toulouse Métropole). Durant la dernière campagne de fouilles du site de Las Cravieros en 2019, une zone consacrée au travail du fer et au grillage des céréales a été mise à jour. Continuer la lecture de « Aperçu | Calypso Dabouis, “Le petit mobilier et les déchets de forges du complexe artisanal de l’Antiquité tardive de Las Cravieros (Fanjeaux, 11) : un aperçu de l’étude en cours” »

Aperçu | Théo Tavernier, “Le périple thrace de l’Isis marine”

Isis, déesse égyptienne, apparaît comme une des divinités les plus populaires en Égypte d’où elle est originaire mais aussi dans l’ensemble de l’Imperium romanum, du bassin égéen à la mer Noire,en passant par les rives de la Méditerranée. Le voyage de ses iconographies est indubitable ; dans l’empire romain, on retrouve son image sur une multitude de supports dont les monnaies. En tant que support d’image, la source numismatique revêt une importance particulière pour éclairer nos connaissances sur la place de la divinité dans une localité. Dans la pléiade d’iconographies qui caractérise la « déesse aux dix milles noms », une image héritée de celle d’Aphrodite Euploia retient notre attention : celle de l’Isis marine. Continuer la lecture de « Aperçu | Théo Tavernier, “Le périple thrace de l’Isis marine” »

Aperçu | Alexandre Peller, “Le parti républicain après la bataille de Philippes (42 av. J.-C.)”

Il est généralement reconnu par l’historiographie que la guerre civile qui opposa le triumvirat composé d’Antoine, d’Octavien et de Lépide aux assassins de César, menés par C. Cassius et M. Brutus, s’acheva par la défaite de ces derniers à l’automne 42 av. J.-C. dans les plaines de Macédoine près de la cités de Philippes. Le premier affrontement vit en effet le suicide de Cassius et le second celui de Brutus. Octavien et Antoine s’empressèrent alors d’exécuter les césaricides restants et de récupérer les troupes de leurs adversaires. Toutefois, nous aimerions aborder ce conflit en ne nous intéressant pas directement à Cassius et Brutus comme cela a souvent été le cas, mais plutôt à leurs partisans. Continuer la lecture de « Aperçu | Alexandre Peller, “Le parti républicain après la bataille de Philippes (42 av. J.-C.)” »

Aperçu | Liam Desiront, “Le monnayage des Licinii durant la République romaine. Étude de cas”

Durant la République, le monnayage est un support privilégié d’images à connotation politique. Ces images évoquent pour la plupart les hommes illustres et les évènements marquants de l’histoire de la Ville. La monnaie romaine peut donc être perçue comme le support d’un discours figuratif produit par les couches dominantes de la société à une époque charnière de son histoire. Les Licinii s’inscrivent dans cette démarche principalement politique, mais aussi culturelle, par l’intermédiaire de plusieurs monnayages tardo-républicains. Continuer la lecture de « Aperçu | Liam Desiront, “Le monnayage des Licinii durant la République romaine. Étude de cas” »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search