Aperçu | Julian Brouet, « La production monétaire pendant la guerre du Péloponnèse. »

La guerre du Péloponnèse est un sujet qui a longtemps intéressé et qui continue encore aujourd’hui d’être étudiée en littérature, en histoire et en archéologie. Les études consacrées à la construction du récit de la guerre ont permis de cerner les différents objectifs de Thucydide. La méthode consistait à utiliser des témoins directs de l’événement. De cette manière, Thucydide pouvait concevoir une histoire en étant au plus proche de la réalité. Cette guerre a opposé les deux cités les plus puissantes du monde grec : Athènes et Sparte durant plus de vingt-sept ans. Athènes disposait d’une importante source de revenus : les mines du Laurion, un espace comprenant de nombreux gisements argentifère. Ces gisements importants participèrent au développement et à la production monétaire de la cité, durant tout le Ve siècle avant J.-C. et particulièrement durant la guerre du Péloponnèse. Notre journée d’étude portant sur les « réseaux, structures et systèmes de l’Antiquité à nos jours », nous permet d’aborder la notion « d’espaces de pouvoir, pouvoir des espaces » à travers l’étude de la production monétaire athénienne pendant la guerre du Péloponnèse. Au cours des guerres archidamiennes, le territoire athénien se trouva ravagé chaque été durant plus de dix ans. L’économie religieuse et l’économie agraire se trouvèrent ralenties, mais la production monétaire continua de fonctionner à son maximum. La monnaie athénienne était utilisée pour financer la sécurité et la surveillance du territoire de l’arkhè : la chora, mais aussi pour financer l’effort de guerre. Les expéditions siciliennes de 415 à 413 mirent un terme à la paix de Nicias qui avait débuté en 421. Cette période de prospérité avait permis de rembourser les prêts octroyés par la déesse Athéna dix ans plus tôt. Cependant, dès la reprise des hostilités, la situation athénienne se trouva ébranlée. Sparte qui s’était installée de façon permanente dans le nord d’Athènes pouvait contrôler d’une part, l’approvisionnement des ressources en blé, mais aussi la région minière. La production monétaire se trouva modifiée, ce qui poussa Athènes à développer de nouveaux moyens pour conserver une économie stable, financer l’effort militaire tout en continuant d’étendre l’influence idéologique.

Bibliographie  indicative

Figueira T. (1998) : The Power of Money: Coinage and Politics in the Athenian Empire, Philadelphia : University of Pennsylvania Press.

Flament C. (2007) : Le monnayage en argent d’Athènes : de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, c. 550-c. 40 av. J.-C., Louvain-la-Neuve.

Kroll J. (1976) : « Aristophanes’ Ponera Chalkia: A reply », in Greek Roman and Byzantine Studies, 17, pp. 329-341.

Thompson M. (1961): The New Style Silver Coinage of Athens, American Numismatic Society.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.