JEMMA | Édition 2018

L’édition 2018 de la JEMMA s’articule autour de la question des “diffractions” appliquées à l’Antiquité.

En effet, l’étude des mondes anciens est protéiforme, comme le suggère l’appellation « Sciences de l’Antiquité » aujourd’hui répandue pour désigner les disciplines rassemblées pour la questionner. Son objet lui-même se trouve démultiplié par les différents prismes à travers lesquels il est envisagé : l’Antiquité recouvre diverses aires culturelles, plus ou moins délimitées dans l’espace – ce que rend bien l’idée de « Mondes Anciens », il n’y a pas qu’une Antiquité – mais connaît également différentes temporalités, selon que l’observateur – et chercheur – se place pendant cette période – artificiellement bornée et relative aux aires culturelles concernées –, ou plus tard, traquant les indices plus ou moins flagrants de son souvenir dans les productions et les idées d’époques différentes. Tout comme la lumière blanche qui, par un effet de diffraction, révèle la multitude de couleurs qui la compose, l’Antiquité, en tant qu’objet, n’est pas faite d’un seul bloc de marbre blanc de Paros mais bien d’une pluralité de matériaux bigarrés.
La JEMMA 2018 s’articule autour de trois axes thématiques assortis d’un « Focus » qui mettent en évidence la multiplicité et la variété des approches de la matière antique. Le prisme du regard sera le premier à être mis en perspective à travers des interventions qui questionnent autant l’œil de l’Autre que l’autopsie.
Les communications suivantes feront voyager le discours – qu’il soit parole, écrit, ou image – à l’intérieur et à l’extérieur des espaces d’émission, entre différentes mains.
La plasticité de la matière antique s’exprime également à travers les façons de « mettre en présence ». Ainsi, figures mythiques, figures royales, effigies privées ou encore « caractères » se déploient sur divers media.
Le « Focus » de cette édition se propose enfin questionner la thématique du corps, qu’il soit en confrontation, en souffrance, en mouvement ou inactif. De la guerre au théâtre, de la parole à l’image, quelles sont les manières anciennes d’engager le corps ?