Aperçu | Aurélien Collignon, « La parole d’Eschyle à travers Les Perses »

Lorsque l’on aborde la question du discours dans l’antiquité, le théâtre est un genre qui s’impose à nous avec force. Dans la tragédie grecque, la parole est au centre de la pensée, sous plusieurs formes : on pense d’abord au dialogue entre les personnages de la tragédie. En effet, que ce soit le chœur ou les autres personnages, tous cherchent à mettre en avant leurs points de vue face aux autres et dialoguent dans ce but. Mais il y a aussi le discours des personnages aux spectateurs. Certes, on ne peut pas dire que le personnage s’adresse directement au public dans le théâtre tragique. Pourtant, certains discours dans la tragédie sont fait pour expliquer certaines choses aux spectateurs, lui rappeler des événements passés pour mieux donner le contexte dans lequel se déroule la pièce par exemple. Enfin, il y a le discours que l’auteur, à travers les personnages, adresse au public. C’est le cas dans la tragédie des Perses, seule tragédie grecque avec un sujet historique que nous ayons conservé. Ici, Eschyle fait non seulement le récit de la bataille de Salamine, mais il donne aussi son point de vue sur cette grande victoire d’Athènes et sur la défaite perse, ce qui lui permet aussi de donner sa propre vision de la justice. De plus, si la tragédie des Perses traite d’un événement historique, elle traite aussi du théâtre, et notamment des caractéristiques de certains personnages tragique. Ainsi, tout comme les sciences de l’antiquité, on peut dire que le discours de la tragédie est protéiforme, et c’est ce que nous allons essayer de voir à travers les différents types de discours que l’on trouve dans la tragédie des Perses : discours des personnages, mais aussi discours de l’auteur.

Bibliographie indicative

BARRETT, James, Staged Narrative. Poetics and the Messenger in Greek Tragedy, Berkeley, University of California Press, 2002.

CROISET, Maurice, « Le second acteur chez Eschyle », in : Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’Institut de France. Première Série, Sujets divers d’érudition, Tome 10, 1893, p. 193-215.

ESCHYLE, Les Perses, Paris, Les Belles Lettres, collection Classiques en Poche, 2000, texte établi et traduit par Paul MAZON.

VILLACEQUE, Noémie, « Ce que le peuple en dit. Le messager tragique et la démocratie », Quaderni di Storia  66, 2007, p. 81-117


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.