Aperçu | Emeline Munos, « Lares et autres divinités de la maison en Campanie »

Le culte domestique romain, encore aujourd’hui empreint de mystère, est à différencier des cultes à mystères et autres cultes privés que pratiquaient certains. Il n’est pas non plus, le pendant du culte public dans le privé, même si des connexions et échanges demeurent entre les eux. Avec ses origines obscures ce culte très prégnant est l’un des piliers capitaux de la vie quotidienne romaine ce qui conduit l’empereur chrétien Théodose à y mettre un terme légal et officiel en 392 de notre ère.  Les sites d’Herculanum et Pompéi, figés en pleine vie par l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère, nous ont fourni des exemples exceptionnels de temples domestiques (laraires ou aediculae) en contexte, parfois même avec leur mobilier. Ils nous permettent aujourd’hui d’appréhender cette vie quotidienne dans l’intimité des pratiques cultuelles domestiques.
L’axe de la journée d’étude dans lequel s’inscrit notre communication : « mettre en présence » fait écho naturellement aux laraires et aux représentations des divinités domestiques en leur sein. Car il s’agit bien dans ce cas de figure de mettre littéralement en présence les dieux dans les activités quotidiennes et domestique de la familia. Les divinités domestiques sont présentes pour assurer leur rôle à la fois de protecteur et de gardiens tout en témoignant du niveau social de leur propriétaire. Par une variété de structures les campaniens ont su montrer une originalité qui ne manque quand même pas de répondre à des caractéristiques précises qui nous permettent, presque tout le temps, d’identifier très clairement les temples domestiques. Il en va de même pour les statuettes, en particulier celles des Lares. Divinités primordiales du culte domestique, représentées aussi bien en peinture qu’en statuettes, leur iconographie de base n’empêche pas l’adjonction de détails, la modification des attributs ou des vêtements qui rendent chaque représentation unique mais néanmoins très caractéristique. Nous nous pencherons donc en particulier sur ces divinités du foyer pour comprendre leur rôle multiple dans le quotidien des hommes et des femmes sous l’Empire en Campanie.

Bibliographie  indicative

Adamo-Muscettola, S., « Osservazioni sulla composizione dei larari con statuette in bronzo di Pompei ed Ercolano », in Toreutik und figürliche Bronzen römischer Zeit, Akten der 6. Tagung über antike Bronzen, Berlin, 1994, pp. 9-32.

Bassani, M., Sacraria: ambienti e piccoli edifici per il culto domestico in area vesuviana, Rome, 2008.

Dubourdieu, A., Les origines et le développement du culte des Pénates à Rome, Rome, 1989.

Giacobello, F., Larari pompeiani : iconografia e culto dei Lari in ambito domestico, Milan, 2008.

Maiuri, A., Ercolano. I nuovi scavi (1927-1958), Rome, 1958.

Van Andringa, W., « Quotidien des dieux et des hommes: la vie religieuse dans les cités du Vésuve à l’époque romaine », BEFAR 337, Rome, 2009.

Wallace-Hadrill, A., Houses and society in Pompeii and Herculaneum, Princeton paperbacks, Princeton, 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.