Aperçu | Charlène MARSAC-BOUVET, “Les parures dans la poésie archaïque : atout de séduction et éveil des sens”

Le corps rythmé de bijoux, les parfums qui satinent la peau, donnent de l’éclat à la chevelure ou parsèment le corps d’une odeur divine, envoûtante et exotique[1], les étoffes qui dévoilent le corps ou, au contraire, dissimulent certaines parties pour le rendre davantage désirable : voilà̀ autant d’artifices qui viennent parer le corps, parfois avec finesse et subtilité́, parfois avec ostentation[2]. Le corps, masculin ou féminin, apparaît alors comme un outil de séduction. Soumis aux regards extérieurs, il attire, séduit et parfois même, ensorcèle[3]. Lorsque la séduction se mêle au désir et au plaisir charnel, les sens sont directement impactés. Dans ce jeu de la séduction amoureuse, c’est l’effet immédiat que provoque un corps paré qui nous intéresse et le rôle des récepteurs sensoriels dans cette interaction. Dans la perspective de comprendre le rôle des stimulations sensorielles en contexte érotique et plus précisément, la place des parures dans l’éveil des sens, l’Hymne homérique dédié́ à la déesse Aphrodite servira de fil rouge de notre intervention. Aphrodite incarne et contrôle deux facettes de la sexualité : l’amour tendre et la violence destructrice. Deux facettes qui viennent dépoussiérer et dépasser l’image qui s’est construite au fil du temps d’une déesse seulement associée à l’amour et au désir tendre. C’est précisément l’ambivalence du pouvoir que possède Aphrodite qui lui vaut, dans l’hymne homérique qui lui est consacré, un châtiment de Zeus.

Si aujourd’hui, nous avons accès à ces Hymnes homériques par la tradition manuscrite, il s’agissait dans l’Antiquité de chants récités publiquement par un aède-rhapsode, accompagné parfois d’une musique et d’une mise en scène chorégraphique. Ces hymnes forment un recueil de 33 poèmes qui célèbre les grandes divinités du panthéon grec dont les compositions varient entre VIIe siècle avant notre ère pour les plus anciens au IIIe siècle avant notre ère, pour les plus récents. Dans l’Hymne homérique à Aphrodite, la déesse est victime d’un châtiment de la part du Cronide qui la rend irrésistiblement amoureuse d’un jeune prince troyen, Anchise. Ainsi, le mythe développé dans l’hymne est l’union entre la déesse et Anchise. Pour que cette dernière puisse aboutir, la déesse retourne sur l’île de Chypre où, aidée par les Charites, elle se pare pour être désirable auprès du jeune homme qu’elle souhaite séduire.  Au sein de la littérature grecque, cet hymne est un exemple dans lequel on peut percevoir les parures comme des atouts de séduction qui amplifient le désir érotique avant de soumettre deux corps à s’unir. Resserrer l’étude sur les parures de têtes peut nous permettre de mieux cerner l’implication de la parure comme « éveil » des sens, jusqu’aux ressentis physique de la victime soumise à la puissance d’Éros, incarné dans notre hymne par Anchise.

[1] BODIOU Lydie et MEHL Véronique, « Tel est cet objet de luxe, de tous le plus superflu » De l’envie à l’excès, savoir se parfumer dans le monde gréco-romain » In : BODIOU L., GHERCHANOC F., HUET V. et MEHL V. (dir.), Parures et artifices : le corps exposé dans l’Antiquité, Paris, L’Hartmann, 2011, p. 60.

[2] BODIOU L., GHERCHANOC F., HUET V. et MEHL V. (dir.), Parures et artifices : le corps exposé dans l’Antiquité, Paris, L’Hartmann, 2011, p. 8.

[3] Ibid., p. 9.

Bibliographie indicative :

HESIODE, Théogonie, Les travaux et les jours, Bouclier ; suivi des Hymnes homériques, texte présenté, traduit et annoté par BACKES Jean-Louis, Paris, Gallimard, 2001, 416 p.

CALAME Claude, L’Éros dans la Grèce antique, Paris, Belin (coll. « L’Antiquité́ au présent »), 1996.

PIRONTI Gabriella, Entre ciel et guerre : figures d’Aphrodite en Grèce ancienne, Liège, Presses universitaires de Liège, 2013.



Citer ce billet
JEMMA (2023, 2 décembre). Aperçu | Charlène MARSAC-BOUVET, “Les parures dans la poésie archaïque : atout de séduction et éveil des sens” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qk9j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search