Aperçu | Émilie SOUÈRES, “Le sanctuaire panhellénique de Delphes, lieu d’échange et construction de la mémoire à travers les offrandes monumentales”

Delphes, l’un des sites les plus prestigieux de l’antiquité grecque, était considéré dès le VIe siècle av. J.-C. comme le centre et le symbole de l’unité du monde grec. Situé en Phocide, sur les pentes du Mont Parnasse, son sanctuaire tirait son prestige en partie de son oracle et des jeux pythiques. Son statut panhellénique lui permit de jouir d’une grande influence dans tout le monde grec, le rendant propice aux propagandes et aux démonstrations de force. Dès l’époque archaïque, les individus et les cités grecques y érigèrent des « offrandes monumentales », pour manifester leur reconnaissance au dieu, tout en montrant leur richesse et leur puissance. Cette désignation moderne de « l’offrande monumentale », conçue pour les besoins de la recherche, définit des ouvrages d’architecture et de sculpture aux dimensions imposantes, perpétuant la mémoire d’un événement ou d’un individu remarquable. Les cités se rendant à Delphes pour consulter l’oracle lors de conflits, la partie significative de ces offrandes est guerrière et constitue d’impressionnants témoignages de la dévotion envers la divinité oraculaire. Selon A. Jacquemin, elles remplissent une double fonction : apaiser l’envie des dieux en leur dédiant une part du butin, et les encourager à favoriser d’autres victoires. Dès le VIe siècle av. nè., elles remplissent une autre fonction : elles permettent aux cités de communiquer entre elles, avec le visiteur, et de forger un discours dans le sanctuaire.

À travers les offrandes monumentales liées aux guerres médiques, on observe que la cité d’Athènes élabore un discours politique, mettant en valeur son rôle significatif durant le conflit et tentant de justifier son hégémonie auprès du visiteur et des autres cités. Elle érige quatre offrandes : la base de Miltiade, la base de Marathon, le Trésor des Athéniens et le portique des Athéniens, dont trois représentent la bataille de Marathon, victoire en partie athénienne, ayant mis fin à la première guerre médique. En étudiant l’iconographie de ses métopes, on se rend compte que le Trésor met en valeur la victoire des Athéniens sur les Perses et lie cette victoire au nouvel état politique de la cité, mettant en valeur son nouvel héros, Thésée, face à l’ancien, Héraclès. L’emplacement de ces offrandes n’est pas anodin. La cité les place dans un vaste périmètre, et dans les emplacements les plus visibles ou les plus importants du sanctuaire. Avec son trésor, Athènes cherche à rivaliser avec celui de Siphnos déjà en place, par son matériau et sa décoration riche, mais dans un ordre dorique. Cette rivalité entre offrandes se fait ressentir d’autant plus avec celles liées à la guerre du Péloponnèse. Lysandre, amiral spartiate, érige son monument devant la base de Miltiade, souhaitant humilier les Athéniens de leur défaite, et le trésor de Syracuse vient se placer devant celui d’Athènes pour la même raison. Les cités dialoguent entre elles par interposition d’offrandes. Les discours dans le sanctuaire évoluent en accord avec la situation politique et les rivalités dans le sanctuaire sont le reflet de divisions dans le monde grec.

Un monde grec que certaines offrandes présentent comme uni à la fin des guerres médiques, et que les auteurs grecs du IIe siècle comme Pausanias mettent en valeur, à défaut des offrandes plus tardives célébrant des victoires « fratricides ». Le regard que portait le visiteur sur ces offrandes à l’Antiquité pouvait ainsi changer selon le contexte historique et la situation politique, mais les auteurs tels que Plutarque et Pausanias ont préféré quant à eux présenter une mémoire faussée, plus lisse, de leur histoire.

 

Bibliographie :

Bommelaer, J.P. ( 2015). Guide de Delphes. le site, Athènes, École française d’Athènes

Hoff, R. ( 2009). Herakles, Theseus and the Athenian treasury at Delphi, pp. 96-109

Jacquemin, A. (1999). Les offrandes monumentales à Delphes, Athènes, École française d’Athènes



Citer ce billet
JEMMA (2024, 25 mars). Aperçu | Émilie SOUÈRES, “Le sanctuaire panhellénique de Delphes, lieu d’échange et construction de la mémoire à travers les offrandes monumentales” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w32q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search