Aperçu | Margaux GILLET, ” Jeux de regards : un échange entre le spectateur et le symplegma d’Hermaphrodite et de Satyre”

L’art hellénistique s’intéresse à la représentation de l’homme dans tous ses détails avec le corps en mouvement et l’expression des sentiments. Cela a pour but d’éveiller les sens du spectateur et également son imaginaire. Les symplegmata d’Hermaphrodite et du Satyre en sont le parfait exemple. Le « symplegma de Dresde » est un type statuaire mettant en scène Hermaphrodite et un Satyre, dans une lutte. Hermaphrodite tente d’échapper à l’étreinte d’un Satyre, après qu’il a tenté de l’approcher par l’arrière. Les deux personnages nus s’attachent l’un à l’autre de manière indissociable, avec des jeux de juxtaposition des corps et d’équilibre dans l’espace.

On conserve aujourd’hui trente copies de ce type, remontant à un même original de l’époque hellénistique. Le groupe statuaire étudié lors de cette présentation est celui conservé à l’Albertinum de Dresde (inv. HM 155). Cette statue de 90 cm de haut a été retrouvé sur le terrain de la villa impériale d’Antium, au XVIIIe siècle. A partir de ce groupe statuaire, mon questionnement porte sur le regard du spectateur : comment il voit et comprend la scène dans son lieu d’exposition et comment il participe à l’œuvre à part entière.

Le symplegma de Dresde nécessite la présence d’un spectateur pour être comprise. De face, le spectateur peut supposer qu’il voit une nymphe essayant de s’échapper de l’étreinte d’un Satyre, mais en se déplaçant autour de la sculpture, il découvre que la soi-disant nymphe est en réalité Hermaphrodite. Les statues de ce type étaient généralement exposées dans des villas romaines, permettant aux spectateurs de les observer sous différents points de vues. Le symplegma de Dresde s’inscrit dans l’univers du spectateur et interagit avec lui, à travers différents éléments du paysage comme l’eau. Le spectateur est considéré comme un « observateur implicite » qui peut réagir à l’œuvre ou être intégré à elle. C’est qu’alors l’observateur peut se confondre avec le spectateur ; les personnages peuvent regarder ce dernier. La présence de l’observateur implicite est alors supposée dès la conception et de la réalisation de l’œuvre. Dans le cas du symplegma de Dresde, le spectateur,  commentateur de l’action, découvre progressivement les détails de la scène et ressent différentes émotions en observant les personnages : du dégout, du rire ou même de l’excitation.

Bibliographie :

Luce, J.M. (2017) : « L’observateur implicite dans l’art de l’Antiquité classique (fin VIe s.-Ier s. av. J.-C.) », Pallas, 105-2017, 115‑147.

Trinquier, J. (2009) : « Le dialogue entre les arts à l’époque hellénistique : perspectives nouvelles », Perspective, 1-2009, 69-75.

Wild, T. (2017) : « Erotisches Handgemenge zwischen Satyr und Hermaphrodit – Sog. Dresdner Symplegma », in Dickmann, J.-A. et Von den Hoff, R., (dir.), Antique Skulpturengruppen im Raum, 2017, 122-132.



Citer ce billet
JEMMA (2024, 26 mars). Aperçu | Margaux GILLET, ” Jeux de regards : un échange entre le spectateur et le symplegma d’Hermaphrodite et de Satyre” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3x0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search