Aperçu | Lola ARNAUD, “Questionner les conceptions de la féminité dans l’Antiquité : monnayage provincial romain et réception de la figure de Poppée dans l’Empire”

L’instauration du Principat et le début du règne de la dynastie julio-claudienne en 27 av. J.-C. focalisent souvent l’attention des savants sur le maître de l’Empire. Le monnayage romain, véritable média et outil politique antique, s’en fait le témoin : le portrait du prince régnant se généralise au droit des monnaies. Cependant, malgré les impressions qui se dégagent d’une vision parfois trop rapide, le princeps n’est pas seul. D’autres figures sont présentes dans son entourage. Parmi elles, de nombreuses femmes sont encore aujourd’hui peu étudiées, ou encore trop souvent observées à la lumière de sources romaines tendancieuses.

Si le prince reste le centre du propos monétaire, ces actrices se font également une place dans l’iconographie du monnayage romain, qu’il soit impérial ou provincial. Les portraits monétaires des julio-claudiennes s’érigent dès lors en indices de la façon dont ces femmes sont perçues, tant du point de vue de leur personne, de leur statut, ou des capacités officielles et officieuses qui sont les leurs. Ils sont vecteurs de renseignements précieux sur la perception du rôle de la femme dans l’expression du pouvoir. Se pencher particulièrement sur le monnayage provincial romain, c’est avant tout faire le choix de tenter d’approcher le sujet féminin antique sous l’angle de sa perception par les autorités civiques émettrices de l’Empire, plutôt que sous celui de l’impulsion systématique et idéologique du pouvoir central.

Poppée, seconde épouse de Néron, qu’elle épouse en 62 ap. J.-C., fait partie de ces Julio-claudiennes portrayées par les provinciaux dans leur monnayage. Je me propose donc, dans le cadre de cette journée d’étude, de me pencher sur le cas de son apparition monétaire, et de questionner la réception provinciale de son identité et de son statut en tant que femme de pouvoir. Il ne s’agira pas ici de succomber à l’idée manichéenne d’un rôle féminin totalement cantonné à la maternité et au mariage -comme cela a pu être avancé dans des études à travers la seule lecture d’écrits romains-, ou bien inversement à celle d’une femme totalement émancipée.

Bien au contraire, le but de cette présentation se trouve dans une interrogation des perspectives de genre au travers de sources encore trop peu explorées, mais également au travers d’une étude de cas portant sur une femme dont on connaît peu de choses en dehors du portrait peu laudatif que nous en font les auteurs romains.

Bibliographie

E. CIZEK, L’époque de Néron et ses controverses idéologiques, Leiden, 1972.

F. DELRIEUX, M.-C. FERRIES, « Portraits de femmes, profils de reines ? Les femmes sur les monnaies provinciales romaines à la fin de la République et au début de l’Empire (43 av. J.-C.-68 apr. J.-C.) », dans I. Cogitore, A. Bielman Sánchez et A. Kolb (dir.), Femmes influentes dans le monde hellénistique et à Rome : IIIe siècle av. J.-C.-Ier siècle apr. J.-C, Grenoble, 2021, p. 81-117.

C. GILLESPIE, « Poppaea Venus and the Ptolemaic Queens : an Alternative Biography », Histos, 8, Newcastle, 2014, p. 122-145.



Citer ce billet
JEMMA (2024, 26 mars). Aperçu | Lola ARNAUD, “Questionner les conceptions de la féminité dans l’Antiquité : monnayage provincial romain et réception de la figure de Poppée dans l’Empire” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3x5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search