Aperçu | Rémi LAFFONT, “Réseaux et échanges portuaires en Syrie romaine”

La notion d’échanges est au centre de l’activité portuaire depuis des temps anciens. Les échanges portuaires impliquent plusieurs activités possibles. Pour notre exposé, il s’agit du point de vue économique. Depuis l’instauration de la province romaine de Syrie en 64 av. J.-C. par Pompée, le territoire conjugue les échanges terrestres et maritimes. Notre étude pour la JEMMA 2024 vise à présenter le rôle des ports syriens dans la renommée commerciale de la Syrie sous l’Empire romain. La question des échanges et des réseaux portuaires permet de revenir sur les produits échangés, les réseaux entre les terres et la mer, ainsi que les acteurs portuaires (métiers maritimes : emporos…).

Les 11 ports de la province que nous avons identifiés, sont des débouchés de réseaux. Ils sont construits autour de l’exploitation des territoires civiques et des routes de l’Extrême-Orient. La Syrie est un carrefour entre plusieurs contrées riches en ressources appréciées des Romains. Les marchands qui viennent d’Inde ou d’Arabie Heureuse passent par les routes caravanières qui les amènent vers les ports de Phénicie. La route de la soie facilite l’arrivée des marchands des plaines scythes, de la Chine des Han ou de Parthie par exemple, Antioche et son port méditerranéen, Séleucie-de-Piérie. Les ressources qui arrivent dans les ports sont parfois travaillées (comme le lin de Chine) sur place, avant d’être exportées dans l’intégralité de l’Empire.

Les Romains n’ont pas privilégié un port plus qu’un autre. Notre documentation, nous permet d’entrevoir que la différence entre chaque port s’est produite par la diversité des échanges et la capacité de son réseau en Méditerranée. Les acteurs portuaires ont un héritage particulier en Syrie romaine, ils sont présents dans de nombreux ports en Occident méditerranéen. La colonisation de la Méditerranée au IXe millénaire av. J.-C. par les ports phéniciens, a construit un lien entre les « cités mères » et leurs colonies, qui a persisté sous l’Empire. C’est le cas entre Tyr et Leptis Magna.

Bibliographie :

Aliquot, J., 2011, Les Tyriens dans le monde romain, d’Auguste à Dioclétien, dans Sources de l’histoire de Tyr. Textes de l’Antiquité et du Moyen Âge édité par P.-L. Gatier, J. Aliquot et L. Nordiguian, Presses de l’Ifpo, Presses de l’Université Saint-Joseph, p.73-115.

Carayon, N., 2012-13, Les ports phéniciens du Liban, milieux naturels, organisation spatiale et infrastructures, AHL, 36-37, p. 1-137.

Strabo, Geography, Volume VII: Books 15-16. Translated by Horace Leonard Jones. Loeb Classical Library 241. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1930.



Citer ce billet
JEMMA (2024, 26 mars). Aperçu | Rémi LAFFONT, “Réseaux et échanges portuaires en Syrie romaine” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3x6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search