Aperçu | Céline PERNET, “Mnémosyne, des grecs aux romains : une perception fluctuante”

Mnémosyne, déesse grecque de la mémoire et mère des muses, est un cas intéressant pour la réception de l’antiquité et surtout l’adaptation romaine des dieux grecs. Il faut avant tout comprendre la différence entre les deux civilisations et surtout comment les études pour chacune sont différentes. Il n’y a pas de déesse de la mémoire spécifique chez les Romains, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de représentation romaine de la mémoire et d’adaptation de Mnémosyne. À partir de cela on peut se demander de quelle manière Mnémosyne est présentée dans la Rome antique et quelles en sont les significations. On retrouve trois noms que l’on peut lui rattacher : Mnémosyne, Moneta et Mémoria.

Le nom Mnémosyne est présent également chez les Romains, on le retrouve principalement dans des œuvres qui se veulent d’inspirations grecques. Son utilisation est quand même rattachée à plusieurs cas un peu particuliers où l’identification à la déesse n’est pas évidente.

Le nom Moneta est l’une des épithètes données à Junon. Il s’agit d’une formation linguistique construite à partir du verbe moneo que l’on peut traduire par « j’avertis ou je rappelle ». Il désigne donc le pouvoir de la déesse pour réveiller les facultés spirituelles des Romains, pour les avertir lorsqu’ils sont soumis à une forme d’oubli ou d’égarement. Le poète latin Livius Andronicus qui a traduit l’Odyssée, a choisi d’intégrer Mnémosyne dans le texte, en utilisant le nom de Moneta. Mnémosyne ayant également une fonction de «mémoire active » correspond bien à cette description. Cependant les fonctions de Moneta sont limitées à la sphère de la divination et du « bon conseil », ce qui n’est pas le cas de Mnémosyne. Cela reste tout de même un bon exemple de « romanisation » de la mythologie grecque, car il donne des équivalents romains crédibles.

Le nom Mémoria est le mot le plus utilisé par les Romains pour désigner la mémoire. Il vient de l’adjectif memor, que l’on peut traduire par «qui rappelle ». On ne retrouve pas de cultes à son honneur, mais on peut retrouver quelque cas qui présente cette notion en tant que déesse. Même si ces cas sont assez rares et proviennent de sources assez tardives et chrétiennes. On peut trouver une autre utilisation de Mémoria qui est également rattaché à la fonction de Mnémosyne, mais cette fois-ci, celle qui est liée au monde des morts. À partir du IIIe siècle de notre ère, l’utilisation du mot Memoria s’ajoute aux épitaphes liées aux dieux mânes. Il y a deux théories sur cette utilisation : la première est que Memoria représenterait la déesse et elle serait remerciée de garder en mémoire le mort. La deuxième aborde l’idée que ce n’est pas en tant que déesse qu’elle est présente, mais plus comme une représentation de la mémoire d’un mort.

Bibliographie :

Bettini, M. 2009 : « Mythes de mémoire. Entre Jean-Pierre Vernant et la culture romaine / Myths of Memory. Between Jean-Pierre Vernant and the Romans », ASDIWAL. Revue genevoise d’anthropologie et d’histoire des religions 4, n° 1, 45‑62.

Raymond-Dufouleur, E, 2016 : «Virgile, la mémoire et les Muses : l’innovation derrière la tradition», Interférences. Ars scribendi, n° 9.

Heems, G.V., 2021 : « De Mnemosyne à Memoria : conception et personnification de la mémoire chez les Grecs et les Romains », Sens-Dessous, n° 28, 2, 149-157.



Citer ce billet
JEMMA (2024, 26 mars). Aperçu | Céline PERNET, “Mnémosyne, des grecs aux romains : une perception fluctuante” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3x7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search