Aperçu | Sarah ANEL, “De l’image au spectateur : les figures admonitrices dans les vases du style de Kertch”

Le style de Kertch désigne le dernier style de la production céramique à Athènes au IVe siècle av. J.-C. Il se caractérise par une vive polychromie ainsi que par l’usage de rehauts blancs et parfois l’ajout de figures en relief estampées ou moulées. De tels procédés techniques ne sont pas nouveaux dans la céramique grecque mais leur combinaison témoigne de la volonté des peintres de dépasser les contraintes imposées par la figure rouge et de s’affranchir de la surface du vase. Employés au sein de compositions centripètes, ils révèlent également une attention particulière portée au centre du vase et donc à l’image qui y figure.

Dans la première monographie qu’il consacre au style de Kertch, Karl Schefold relève sur certains vases un lien particulier entre l’image et son support, notamment lorsque celui-ci est bombé comme dans le cas d’une péliké ou d’une hydrie. Certains personnages, placés aux extrémités de la composition, semblent prendre parti de la forme du vase pour s’asseoir ou s’appuyer sur sa courbure. La forme du vase se veut ainsi structurante et contraint l’image comme pourrait le faire un cadre.

Il existe pourtant un cadre physique tracé par le peintre qui encadre chaque scène par des frises et des compositions de palmettes et de volutes. Il existe donc deux types de cadre a priori, c’est-à-dire deux cadres précédant la réalisation de l’image elle-même. Le premier est imposé par la forme du vase tandis que l’autre est le résultat d’un processus de cadrage de la part du peintre qui se met à tracer des ornements pour définir le contour de l’image. Nous pensons toutefois qu’il existe un troisième type de cadre qui se confond avec la figuration humaine. Cet autre cadre s’incarne en effet dans les personnages qui occupent une place particulière à la fois au sein de l’image et sur le support où ils se trouvent.

Dans son traité De Pictura de 1435, Alberti évoque ces figures à la fois dans et hors de l’image dont le rôle est d’interagir avec le spectateur et de guider son regard au sein de la composition. Il les qualifie d’admoniteurs, du verbe latin admonere qui veut dire « avertir ». Ces figures admonitrices matérialisent le passage entre l’espace de l’image et l’espace dans lequel nous nous trouvons. Elles empêchent l’isolement complet de l’espace pictural habituellement matérialisé́ par un cadre. C’est d’ailleurs pour cela qu’elles sont souvent situées au seuil de la représentation et peuvent en excéder les bords. Ces figures d’encadrement peuvent alors avoir une existence propre et permettre l’échange entre l’image et le spectateur qui est ainsi interpelé.

Il en va de même sur les vases du style de Kertch qui présentent une double transgression. La première est un affranchissement de la surface même du vase avec l’utilisation de techniques particulières ainsi qu’un jeu avec la courbure du vase tandis que la seconde est un affranchissement de l’image elle-même avec des figures qui, s’adaptant à la forme du vase, parviennent aussi à franchir les limites du cadre de l’image. Ces figures admonitrices participent donc à la construction de l’image tout en entretenant un lien particulier avec le spectateur et ce même si elles ne le regardent pas directement. Dans le cas de compositions centripètes, les regards peuvent en effet être tournés vers le centre de la composition déjà mis en valeur par les rehauts blancs, la polychromie ou les reliefs. Ainsi, le rôle des figures admonitrices n’est pas seulement d’interpeller le spectateur mais bien de guider le regard de ce dernier au sein de l’image.

Bibliographie :

Alberti, L. B. (1992) : De la peinture = De pictura (1435), Paris.

Loos, R. (2022) : “Le cadre incarné : corps-à-corps aux marges du décor”, Images revue Hors-série 10. [En ligne], consulté le 14 décembre 2023. DOI : 10.4000/imagesrevues.12526

Schefold, K. (1970) : Kertscher Vasen, Roma



Citer ce billet
JEMMA (2024, 26 mars). Aperçu | Sarah ANEL, “De l’image au spectateur : les figures admonitrices dans les vases du style de Kertch” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3x8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search