Aperçu | Nicolas GOUGEON, “Une bague dans une bague : étude d’une image mémorielle récurrente dans la glyptique romaine”

Nous étudions dans notre contribution une série de représentations glyptiques impliquant une bague gravée sur une gemme. Autour de cette bague gravitent divers éléments classés par thème : les éléments politiques, “pastoraux”, liés à la guerre et à la victoire, et les masques de théâtre. Grâce à l’élaboration d’un corpus de 24 intailles et verre moulés et l’étude extensive de ces éléments, il est possible de faire émerger l’intention propagandiste de ce type d’image. En effet, ces gemmes gravées datent de la fin de la République. Elles sont d’abord répandues par Octave dont le portrait bien reconnaissable apparaît sur certains exemplaires vers -44/43, en même temps que ses premières monnaies, puis multipliées par divers ateliers impériaux avec de nouveaux motifs. La bague symbolise son adoption par Jules César.

Les éléments marquant une esthétique dite pastorale incluent les épis de blé, le criquet, la corne d’abondance et le papillon. Les trois premiers sont des symboles positifs, de protection ou d’abondance. Le papillon lui symbolise la renaissance. Ainsi l’ensemble présente Octave comme un stabilisateur de Rome. Cela passe également par les symboles de la guerre, comme l’équipement ou la déesse Vénus casquée, qui était le sceau de César. Quant au masque de théâtre, il illustre probablement l’idée de vivre pleinement, en pleine période épicuriste ou la locution memento mori est partout.

Enfin, ce qui alimente l’idée que la représentation de la bague d’Octave a évolué après la bataille d’Actium est la présence de Niké et du globe sur certains objets du corpus. La position de Niké rappelle la statue que Pyrrhus d’Epire avait fait réaliser à Tarente après la victoire d’Héraclée en -280, statue qui est faite déplacer à Rome en -29 selon une inscription des Fasti Maffeani. Auguste apprécie l’image du contrôle sur le monde que revêt la Victoire sur le globe, il fait représenter la déesse sur des monnaies la même année.

Ainsi, pour conclure, le thème iconographique de la bague sur une bague est un moyen pour Octave-Auguste tant de légitimer son pouvoir en mettant en avant son lien familial avec César, mais surtout de se présenter comme le restaurateur de la Pax Romana, grâce à tous les éléments cités plus tôt joints par le signe de la concorde, la dextrarum iunctio (poignée de main). Ce qui est particulièrement intéressant avec la bague d’Octave, c’est que cette image n’apparaît que sur la glyptique et nul par ailleurs. Cela démontre l’intérêt qu’Octave portait à ce médium, qui atteint son apogée sous son règne et ne déclinera pas avant le IIe siècle de notre ère.

Bibliographie :

Golyzniak, Engraved gems and Propaganda in the Roman Republic and under Augustus, Archaeopress, Oxford, 2020.

M.-L. Vollenweider, Musée d Art et ďHistoire de Genève. Catalogue raisonné des sceaux, cylindres, intailles et camées. Vol. II, Les portraits, les masques de théâtre, les symboles politiques,  Philipp von Zabern Verlag, Mayence, 1979.



Citer ce billet
JEMMA (2024, 26 mars). Aperçu | Nicolas GOUGEON, “Une bague dans une bague : étude d’une image mémorielle récurrente dans la glyptique romaine” JEMMA | Journée d'Étude du Master «Mondes Anciens». Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3x9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search