Aperçu | Florian Bessolles, « L’interrègne et la dictature élective comme outil du patriciat entre 355 et 342 avant J.-C. »

Le système politique de la République romaine prévoyait des institutions capables d’intervenir en cas de vacance temporaire du pouvoir consulaire : l’interrègne et la dictature élective en sont deux exemples. La période qui s’étend entre 355 et 342 avant J.-C. est marquée par de nombreuses vacances du pouvoir, avec quatre périodes d’interrègnes et quatre dictatures électives, mais aussi par la présence de sept collèges consulaires uniquement patriciens. Or le plébiscite licinio-sextien de 367 avant J.-C. accorde l’accès au consulat pour la plèbe. En concentrant notre étude de la vacance du pouvoir à Rome sur cette période précise, on remarque que les interventions de l’interrègne et de la dictature élective sont intrinsèquement liées à ce monopole du consulat par les patriciens. On note par ailleurs que ces patriciens semblent avoir établi tout un réseau d’influence que Tite-Live nomme lui-même consensus patrum, l’accord des Pères. Nous allons donc étudier le réseau et monopole patricien construits autour de ces deux institutions.


Bibliographie  indicative

Jahn J. (1970) : Interregnum und Wahldiktatur, Kallmünz, Allemagne.

Mazzotta M.C. (2016) : ”« Interregnum » e dittatura « comitiorum habendorum causa » : il caso di Q. Fabio Massimo nel 217 a.C”, in Aevum, 90, 1, pp. 125-140.

Staveley E.S. (1954) : « The conduct of elections during an interregnum », in Historia, 3, pp. 193-211.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.