[ANNULÉ] Aperçu | Armandine Carillet, « La cité des Elusates : un territoire marqué par les exploitations agricoles. »

La civitas Elusates, localisée dans le sud-ouest de l’Aquitaine antique, a bénéficié de recherches d’érudits, d’archéologues et d’universitaires tant sur son espace urbain que rural. Cette nouvelle étude, sous la direction de Martine Joly, a pour objectifs d’établir une synthèse des précédents travaux et de soulever de nouveaux questionnements sur les campagnes antiques, l’habitat rural et surtout sur les exploitations agricoles. Quels sont les témoins de « l’acculturation » de la société indigène ? Comment le passage de la ferme gauloise à la villa gallo-romaine s’est-il opéré ? Autant de questions qui, actuellement sans l’apport des prospections systématiques, de la photographie aérienne et de la fouille archéologique, ne peuvent être résolues. Le territoire élusate est traversé par de nombreux cours d’eau délimitant les terres propices ou non à l’implantation humaine. En l’état actuel de nos recherches, la majorité des cinquante-cinq sites inventoriés (ferme, villa, thermes, agglomérations secondaires) sont localisés entre le chef-lieu de cité Elusa et la Baïse, rivière marquant l’hypothétique frontière avec le peuple des Auscii à l’est. Notre propos s’axera à présenter les fermes et villae, supposées et avérées, dans le but d’appréhender les notions de réseaux, structures et systèmes.

Bibliographie  indicative

Balmelle C. (2001) : Les demeures aristocratiques d’Aquitaine. Sociétés et culture de l’Antiquité tardive dans le Sud-ouest de la Gaule, Bordeaux / Paris : Ausonius, coll. « Suppl. à la revue Aquitania », 10.

Colleoni F. (1999) : Les campagnes antiques aux confins des cités d’Augusta Auscorum et d’Elusa (communes de Lannepax, Marambat, Saint-Jean-Poutge et Vic-Fezensac), mémoire de maîtrise, vol. 1-3, (univ. Toulouse-Le Mirail).

Lapart J. (1985) : Les cités d’Auch et d’Éauze de la conquête romaine à l’indépendance vasconne (56 avant J.-C. – VIIe siècle après J.-C.). Enquête archéologique et toponymique, vol. 1-2, thèse de doctorat (univ. Toulouse-le Mirail).

Lapart J., Petit C. (1993) : Le Gers, Carte archéologique de la Gaule, 32, Paris : Académie des Belles Lettres


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.