Aperçu | Élise Coignet, « L’utilisation de Varron par Tertullien et Augustin : Isis comme marqueur de l’Histoire. »

La place d’Isis et Osiris chez les auteurs chrétiens nous invite à réévaluer l’apport de ces textes produits au sein de l’Empire romain entre le IIe et le IVe siècle après J.-C.. L’étude de ces deux puissances divines conduit à s’interroger sur la perception et le rôle des cultes isiaques dans la société impériale romaine. L’axe d’étude « Microcosmes en réseaux » permet de centrer l’analyse sur l’utilisation de l’oeuvre littéraire de Varron, un microcosme en soi, par les auteurs chrétiens. Les productions littéraires chrétiennes constituent un réseau à grande échelle où l’exemple des divinités alimente la critique du paganisme. En effet, Tertullien et Augustin font un usage de Varron à travers lequel Isis s’inscrit dans l’Histoire, tant par l’épisode d’exclusion de celle-ci du Capitole en 59-58 avant J.-C., que par l’existence humaine qui aurait précédé sa nature divine.

Bibliographie  indicative

Lehman Y. (1997) : Varron théologien et philosophe romain, Bruxelles.

Montanari S. (2009) : « Les dieux-hommes d’Évhémère », in Les hommes et les Dieux dans l’ancien roman. Actes du colloque de Tours, Lyon, pp. 197-212.

Vermander J.-M. (1982) : « La polémique des Apologistes latins contre les Dieux du paganisme », in Recherches Augustiniennes, 17, Paris, pp. 3-128.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.