Aperçu l Clara Prats, « Le thème des “Amours volants” dans la peinture romaine en Gaule : entre influences italiennes et particularismes provinciaux »

La peinture en Gaule romaine est une source inestimable pour comprendre l’utilisation et la signification des décors muraux. En Gaule, de nombreux vestiges de décors romains ont été mis au jour parmi lesquels de nombreuses figures flottantes et volantes. Ces dernières peuvent prendre la forme de mystérieuses femmes – souvent identifiables à des bacchantes ou ménades, des Saisons célébrant l’été ou le printemps – mais aussi d’animaux – par exemple des cygnes ou des griffons. Un thème iconographique fut particulièrement apprécié, notamment lors de l’arrivée d’Auguste en Gaule en 16 avant Jésus Christ : l’amour volant, en témoignent les nombreuses fresques présentant ce personnage sur les parois. Sous forme de bambin joufflu, nu ou habillé, avec ou sans attribut, ce thème iconographique se retrouve dans de nombreux sites en Gaule. Notre journée d’étude portant sur les « réseaux, structures et systèmes de l’Antiquité à nos jours » nous permet d’aborder les notions d’influence et d’appropriation de l’art romain au sein des provinces de l’Empire en utilisant le thème des amours volants. Thème très récurent à Pompéi et Herculanum, l’amour volant italien influence très grandement ceux présents en Gaule. Cependant, les modèles italiens peuvent se modifier, s’adapter, laissant ainsi la peinture s’émanciper de sa source d’influence.  Les échantillons retrouvés en Gaule et les images campaniennes nous permettront de dresser un constat quant à l’utilisation dans la domus des amours volants, leurs positions sur la paroi mais aussi d’établir quelle place tenait l’influence italienne, et si ce thème a su profiter de particularismes provinciaux.

Bibliographie indicative :

Barbet A. (2007) : La peinture murale en Gaule Romaine, Paris.

Blanc N., Gury F. (1988) : « Apports d’une base de données à l’iconographie régionale : quelques aspects d’Amor en Gaule », dans Le monde des images en Gaule et dans les provinces voisines, Actes du Colloque, ENS, Sèvres, 16-17 mai 1987, Caesarodunum XXIII, Paris, p. 63-75.

Esposito D. (2006) : La pittura di Ercolano, Napoli.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.