Aperçu | Myriam Alami , « Un ensemble de mosaïques méconnues : la domus du 13 quater rue Augusta à Auch »

En avril 2017, a été découverte, rue Augusta à Auch, une domus d’époque gallo-romaine. C’est lors de la construction d’une maison individuelle qu’ont été mis au jour les vestiges d’un très vaste ensemble architectural. L’INRAP a fouillé l’habitation sur une superficie de plus de 800 m², mettant en évidence plusieurs états d’occupation depuis la fin du Ier siècle de notre ère et jusqu’à son abandon au Ve siècle. La domus a ainsi été partiellement dégagée dans sa partie nord-est, le reste étant toujours enfoui sous les parcelles des maisons voisines. L’étude portera sur le dernier état de l’habitation, daté de la fin du IVe siècle, où un espace thermal ainsi que des décors luxueux sont aménagés. Continuer la lecture de « Aperçu | Myriam Alami , « Un ensemble de mosaïques méconnues : la domus du 13 quater rue Augusta à Auch » »

Aperçu | Rafaëlle Algoud, « La céramique en contexte rituel : l’exemple du sanctuaire de la Genetoye à Autun. »

Le sanctuaire de la Genetoye, situé à proximité du rempart antique d’Augustodunum, caput civitatis éduenne, compte parmi les lieux de culte périurbains les plus monumentaux de Gaule. Depuis la mise en place du Programme Collectif de Recherche (PCR) en 2012 sur ce quartier particulier d’Autun (Saône-et-Loire), de nouvelles données ont pu être collectées, notamment par le biais de la fouille programmée, mais aussi au moyen de prospections géomagnétiques et de travaux universitaires. Ainsi, l’étude céramologique envisagée cette année, dans le prolongement d’un travail effectué en 2017-2018, intègre trois sites importants du sanctuaire : le théâtre, le temple « de Janus » et un bâtiment à exèdre identifié à un complexe Continuer la lecture de « Aperçu | Rafaëlle Algoud, « La céramique en contexte rituel : l’exemple du sanctuaire de la Genetoye à Autun. » »

Aperçu | Florian Bessolles, « L’interrègne et la dictature élective comme outil du patriciat entre 355 et 342 avant J.-C. »

Le système politique de la République romaine prévoyait des institutions capables d’intervenir en cas de vacance temporaire du pouvoir consulaire : l’interrègne et la dictature élective en sont deux exemples. La période qui s’étend entre 355 et 342 avant J.-C. est marquée par de nombreuses vacances du pouvoir, avec quatre périodes d’interrègnes et quatre dictatures électives, mais aussi par la présence de sept collèges consulaires uniquement patriciens. Or le plébiscite licinio-sextien de 367 avant J.-C. accorde l’accès au consulat pour la plèbe. En concentrant notre étude de la vacance du pouvoir à Rome sur cette période précise, on remarque que les interventions de l’interrègne et de la dictature élective sont intrinsèquement liées à ce monopole du consulat par les patriciens. Continuer la lecture de « Aperçu | Florian Bessolles, « L’interrègne et la dictature élective comme outil du patriciat entre 355 et 342 avant J.-C. » »

Aperçu | Julian Brouet, « La production monétaire pendant la guerre du Péloponnèse. »

La guerre du Péloponnèse est un sujet qui a longtemps intéressé et qui continue encore aujourd’hui d’être étudiée en littérature, en histoire et en archéologie. Les études consacrées à la construction du récit de la guerre ont permis de cerner les différents objectifs de Thucydide. La méthode consistait à utiliser des témoins directs de l’événement. De cette manière, Thucydide pouvait concevoir une histoire en étant au plus proche de la réalité. Cette guerre a opposé les deux cités les plus puissantes du monde grec : Athènes et Sparte durant plus de vingt-sept ans. Athènes disposait d’une importante source de revenus : les mines du Laurion, un espace comprenant de nombreux gisements argentifère. Continuer la lecture de « Aperçu | Julian Brouet, « La production monétaire pendant la guerre du Péloponnèse. » »

[ANNULÉ] Aperçu | Armandine Carillet, « La cité des Elusates : un territoire marqué par les exploitations agricoles. »

La civitas Elusates, localisée dans le sud-ouest de l’Aquitaine antique, a bénéficié de recherches d’érudits, d’archéologues et d’universitaires tant sur son espace urbain que rural. Cette nouvelle étude, sous la direction de Martine Joly, a pour objectifs d’établir une synthèse des précédents travaux et de soulever de nouveaux questionnements sur les campagnes antiques, l’habitat rural et surtout sur les exploitations agricoles. Quels sont les témoins de « l’acculturation » de la société indigène ? Comment le passage de la ferme gauloise à la villa gallo-romaine s’est-il opéré ? Autant de questions qui, actuellement sans l’apport des prospections systématiques, de la photographie aérienne et de la fouille archéologique, ne peuvent être résolues. Continuer la lecture de « [ANNULÉ] Aperçu | Armandine Carillet, « La cité des Elusates : un territoire marqué par les exploitations agricoles. » »

Aperçu | Élise Coignet, « L’utilisation de Varron par Tertullien et Augustin : Isis comme marqueur de l’Histoire. »

La place d’Isis et Osiris chez les auteurs chrétiens nous invite à réévaluer l’apport de ces textes produits au sein de l’Empire romain entre le IIe et le IVe siècle après J.-C.. L’étude de ces deux puissances divines conduit à s’interroger sur la perception et le rôle des cultes isiaques dans la société impériale romaine. L’axe d’étude « Microcosmes en réseaux » permet de centrer l’analyse sur l’utilisation de l’oeuvre littéraire de Varron, un microcosme en soi, par les auteurs chrétiens. Les productions littéraires chrétiennes constituent un réseau à grande échelle où l’exemple des divinités alimente la critique du paganisme. En effet, Tertullien et Augustin font un usage de Varron à travers lequel Isis s’inscrit dans l’Histoire, tant par l’épisode d’exclusion de celle-ci du Capitole en 59-58 avant J.-C., que par l’existence humaine qui aurait précédé sa nature divine.
Continuer la lecture de « Aperçu | Élise Coignet, « L’utilisation de Varron par Tertullien et Augustin : Isis comme marqueur de l’Histoire. » »

Aperçu | Jean-Yves Henrion, « Regards croisés autour du banquet hospitalier chez les Celtes et dans l’Irlande paléochrétienne. »

Le banquet dans l’Antiquité a fait l’objet d’un intérêt certain et son rôle dépasse largement celui d’une pratique de commensalité. Notre connaissance de cette pratique dans le monde celte repose principalement sur l’archéologie. Les sources gréco-latines sont essentiellement des citations d’auteurs ayant parcouru l’Europe celtique avant la conquête romaine. Plutôt lapidaires, elles laissent une grande part à l’interprétation voire à l’imagination. L’Irlande a préservé une langue celtique et une très riche littérature du Haut Moyen Âge que certains ont convoqué pour élargir nos sources sur l’âge du Fer. Mon travail consiste à tenter d’utiliser les sources irlandaises traitant du banquet pour mieux comprendre cette pratique dans l’Antiquité celtique. Phylarque nous raconte l’histoire d’Ariamnès qui organisait, en Gaule ou en Galatie, des banquets à l’échelle d’une province. Continuer la lecture de « Aperçu | Jean-Yves Henrion, « Regards croisés autour du banquet hospitalier chez les Celtes et dans l’Irlande paléochrétienne. » »

Aperçu | Anaïs Joret, « La construction des réseaux intellectuels d’Aspasie de Milet et de Julia Domna. Leur rôle dans la transmission des savoirs. »

L’étude de la transmission du savoir par les femmes entre la Grèce et Rome à travers les exemples d’Aspasie de Milet, maîtresse de Périclès, et de Julia Domna, épouse de Septime Sévère et mère de Caracalla, se rattache à la question du genre, mais aussi à l’histoire culturelle. La circulation des idées se retrouve ainsi au coeur de cette étude sur les savoirs, domaine essentiellement masculin au sein duquel il est important de redonner une place aux femmes. Les idées et les savoirs circulent d’une époque à une autre, de celle d’Aspasie, le Ve siècle avant J.-C., à celle de Julia Domna, le IIe/IIIe siècle après J.-C., mais aussi au sein même de leurs propres réseaux intellectuels. Continuer la lecture de « Aperçu | Anaïs Joret, « La construction des réseaux intellectuels d’Aspasie de Milet et de Julia Domna. Leur rôle dans la transmission des savoirs. » »

Aperçu | Irène Maréchal, « Théognis, Elégies, vers 773-782 : une tentative de datation. »

Parmi les élégiaques grecs, l’oeuvre la plus abondante qui nous soit parvenue est celle deThéognis de Mégare, les Élégies. Riche de plus de 1300 vers, elle n’est pas sans poser de nombreux problèmes, notamment d’authenticité : on s’est ainsi demandé si Théognis avait bien écrit la totalité de cette oeuvre, tant elle est disparate. Par ailleurs, son titre, les Élégies, suggère qu’elle relève d’un genre littéraire bien défini. Pourtant, on remarque que Théognis utilise fréquemment dans ses vers des formules épiques empruntées à Homère et à Hésiode. Ce procédé était fréquent chez les poètes anciens, lyriques comme élégiaques. Pourtant, la manière dont Théognis réutilise ce fonds épique peut permettre de définir l’originalité de ce poète, et ainsi, peut-être, de conclure à l’authenticité de certaines pièces du recueil. Continuer la lecture de « Aperçu | Irène Maréchal, « Théognis, Elégies, vers 773-782 : une tentative de datation. » »

Aperçu | Florian Neaud, « La monarchie hellénistique à Syracuse : voyage d’un modèle politique et culturel inédit vers l’Occident »

Partant de l’intitulé de cette journée d’étude, nous nous sommes interrogés sur l’ampleur des échanges de part et d’autre de la Méditerranée à l’Antiquité. Comme il est impossible de traiter cette question sous tous ses aspects en une seule journée, une étude de cas s’impose. Cette présentation s’inspire d’un travail en Master Mondes Anciens portant sur les portraits monétaires des souverains de Syracuse au IIIe siècle avant notre ère et l’influence des royaumes hellénistiques orientaux, sous la direction d’Estelle Galbois. Au travers de ces objets que sont les monnaies, il est possible d’observer l’évolution de la société grecque à la fin du IVe– début du IIIe siècle avant notre ère, puisqu’elle s’organise désormais autour des souverains. Continuer la lecture de « Aperçu | Florian Neaud, « La monarchie hellénistique à Syracuse : voyage d’un modèle politique et culturel inédit vers l’Occident » »

Aperçu | Mathilde Rieu, « Les interactions d’Héphaïstos à travers les objets qu’il crée. »

Héphaïstos possède de multiples facettes que l’étude des objets qu’il crée d’après les mythes grecs permet d’aborder : c’est l’objet du mémoire préparé sous la direction de Corinne Bonnet et Thomas Galoppin. Un des aspects qui définit cette puissance créatrice, ce demiurge, est les relations qu’Héphaïstos entretient avec les autres « personnages » des récits. En effet, durant la « vie » de ces objets, qu’ils soient armes, bijoux ou bien mobilier, d’autres puissances interagissent sur ceux-ci à différents niveaux : depuis l’idée de leur conception jusqu’à leur usage et les conséquences qui en résultent. Nous proposons dans cette intervention de nous concentrer sur deux exemples précis qui permettent de mettre en avant ces interactions, s’inscrivant dans un réseau et définissant Héphaïstos en tant que puissance divine.

Continuer la lecture de « Aperçu | Mathilde Rieu, « Les interactions d’Héphaïstos à travers les objets qu’il crée. » »

Aperçu | Axelle Thévot, « Flaubert et ses savants amis, retour vers l’Antiquité ?  »

Gustave Flaubert entretient sa propre vision de l’Antiquité et nombre de ses correspondants ont des liens singuliers avec cette période. Écrivain et homme de son temps, il expose dans sa correspondance plusieurs antiquités qui se construisent au fil de son propos. Il adopte une posture variable selon la personne à laquelle il s’adresse et ses différentes positions sur l’Antiquité permettent d’isoler quelques groupes de discussion qui offrent des portraits multiples de Flaubert. Dans le cadre de cette journée d’étude, un groupe particulier sera mis en avant : celui de ses correspondants les plus actifs du point de vue de l’actualité de la recherche, notamment Alfred et Frédéric Baudry, Eugène Crépet, Jules Duplan, Ernest Feydeau et Léon Heuzey. Continuer la lecture de « Aperçu | Axelle Thévot, « Flaubert et ses savants amis, retour vers l’Antiquité ?  » »

Aperçu | Emeline Munos, “Lares et autres divinités de la maison en Campanie”

Le culte domestique romain, encore aujourd’hui empreint de mystère, est à différencier des cultes à mystères et autres cultes privés que pratiquaient certains. Il n’est pas non plus, le pendant du culte public dans le privé, même si des connexions et échanges demeurent entre les eux. Avec ses origines obscures ce culte très prégnant est l’un des piliers capitaux de la vie quotidienne romaine ce qui conduit l’empereur chrétien Théodose à y mettre un terme légal et officiel en 392 de notre ère.  Les sites d’Herculanum et Pompéi, figés en pleine vie par l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère, nous ont fourni des exemples exceptionnels de temples domestiques (laraires ou aediculae) en contexte, parfois même avec leur mobilier. Ils nous permettent aujourd’hui d’appréhender cette vie quotidienne dans l’intimité des pratiques cultuelles domestiques. Continuer la lecture de « Aperçu | Emeline Munos, “Lares et autres divinités de la maison en Campanie” »

Aperçu | Lise Patissou, “« Le Rustre » et « l’Oligarque » selon Théophraste”

Successeur d’Aristote, Théophraste, quoique philosophe, est salué par la postérité comme le père de la botanique. Esprit scientifique, c’est avec précision et objectivité qu’il écrit ses Caractères. Ceux-ci, dont nous n’étudierons que deux portraits, le Rustre et l’Oligarque, ne se laissent classer ni dans la rhétorique, ne dans l’étique, ni dans aucun des genres existants. C’est donc d’une manière unique que Théophraste expose aux Athéniens du IVème siècle avant Jésus-Christ leurs propres défauts. Pour comprendre comment Théophraste met en présence ces deux vices, nous étudierons d’abord la manière dont il les présente, puis nous verrons que cela aboutit à l’écriture d’une œuvre originale et autonome. Continuer la lecture de « Aperçu | Lise Patissou, “« Le Rustre » et « l’Oligarque » selon Théophraste” »