Aperçu | Nicolas GOUGEON, “Une bague dans une bague : étude d’une image mémorielle récurrente dans la glyptique romaine”

Nous étudions dans notre contribution une série de représentations glyptiques impliquant une bague gravée sur une gemme. Autour de cette bague gravitent divers éléments classés par thème : les éléments politiques, “pastoraux”, liés à la guerre et à la victoire, et les masques de théâtre. Grâce à l’élaboration d’un corpus de 24 intailles et verre moulés et l’étude extensive de ces éléments, il est possible de faire émerger l’intention propagandiste de ce type d’image. En effet, ces gemmes gravées datent de la fin de la République. Elles sont d’abord répandues par Octave dont le portrait bien reconnaissable apparaît sur certains exemplaires vers -44/43, en même temps que ses premières monnaies, puis multipliées par divers ateliers impériaux avec de nouveaux motifs. La bague symbolise son adoption par Jules César.

Les éléments marquant une esthétique dite pastorale incluent les épis de blé, le criquet, la corne d’abondance et le papillon. Les trois premiers sont des symboles positifs, de protection ou d’abondance. Le papillon lui symbolise la renaissance. Ainsi l’ensemble présente Octave comme un stabilisateur de Rome. Cela passe également par les symboles de la guerre, comme l’équipement ou la déesse Vénus casquée, qui était le sceau de César. Quant au masque de théâtre, il illustre probablement l’idée de vivre pleinement, en pleine période épicuriste ou la locution memento mori est partout.

Continuer la lecture de « Aperçu | Nicolas GOUGEON, “Une bague dans une bague : étude d’une image mémorielle récurrente dans la glyptique romaine” »

Aperçu | Sarah ANEL, “De l’image au spectateur : les figures admonitrices dans les vases du style de Kertch”

Le style de Kertch désigne le dernier style de la production céramique à Athènes au IVe siècle av. J.-C. Il se caractérise par une vive polychromie ainsi que par l’usage de rehauts blancs et parfois l’ajout de figures en relief estampées ou moulées. De tels procédés techniques ne sont pas nouveaux dans la céramique grecque mais leur combinaison témoigne de la volonté des peintres de dépasser les contraintes imposées par la figure rouge et de s’affranchir de la surface du vase. Employés au sein de compositions centripètes, ils révèlent également une attention particulière portée au centre du vase et donc à l’image qui y figure.

Dans la première monographie qu’il consacre au style de Kertch, Karl Schefold relève sur certains vases un lien particulier entre l’image et son support, notamment lorsque celui-ci est bombé comme dans le cas d’une péliké ou d’une hydrie. Certains personnages, placés aux extrémités de la composition, semblent prendre parti de la forme du vase pour s’asseoir ou s’appuyer sur sa courbure. La forme du vase se veut ainsi structurante et contraint l’image comme pourrait le faire un cadre.

Continuer la lecture de « Aperçu | Sarah ANEL, “De l’image au spectateur : les figures admonitrices dans les vases du style de Kertch” »

Aperçu | Céline PERNET, “Mnémosyne, des grecs aux romains : une perception fluctuante”

Mnémosyne, déesse grecque de la mémoire et mère des muses, est un cas intéressant pour la réception de l’antiquité et surtout l’adaptation romaine des dieux grecs. Il faut avant tout comprendre la différence entre les deux civilisations et surtout comment les études pour chacune sont différentes. Il n’y a pas de déesse de la mémoire spécifique chez les Romains, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de représentation romaine de la mémoire et d’adaptation de Mnémosyne. À partir de cela on peut se demander de quelle manière Mnémosyne est présentée dans la Rome antique et quelles en sont les significations. On retrouve trois noms que l’on peut lui rattacher : Mnémosyne, Moneta et Mémoria.

Le nom Mnémosyne est présent également chez les Romains, on le retrouve principalement dans des œuvres qui se veulent d’inspirations grecques. Son utilisation est quand même rattachée à plusieurs cas un peu particuliers où l’identification à la déesse n’est pas évidente.

Continuer la lecture de « Aperçu | Céline PERNET, “Mnémosyne, des grecs aux romains : une perception fluctuante” »

Aperçu | Rémi LAFFONT, “Réseaux et échanges portuaires en Syrie romaine”

La notion d’échanges est au centre de l’activité portuaire depuis des temps anciens. Les échanges portuaires impliquent plusieurs activités possibles. Pour notre exposé, il s’agit du point de vue économique. Depuis l’instauration de la province romaine de Syrie en 64 av. J.-C. par Pompée, le territoire conjugue les échanges terrestres et maritimes. Notre étude pour la JEMMA 2024 vise à présenter le rôle des ports syriens dans la renommée commerciale de la Syrie sous l’Empire romain. La question des échanges et des réseaux portuaires permet de revenir sur les produits échangés, les réseaux entre les terres et la mer, ainsi que les acteurs portuaires (métiers maritimes : emporos…).

Continuer la lecture de « Aperçu | Rémi LAFFONT, “Réseaux et échanges portuaires en Syrie romaine” »

Aperçu | Lola ARNAUD, “Questionner les conceptions de la féminité dans l’Antiquité : monnayage provincial romain et réception de la figure de Poppée dans l’Empire”

L’instauration du Principat et le début du règne de la dynastie julio-claudienne en 27 av. J.-C. focalisent souvent l’attention des savants sur le maître de l’Empire. Le monnayage romain, véritable média et outil politique antique, s’en fait le témoin : le portrait du prince régnant se généralise au droit des monnaies. Cependant, malgré les impressions qui se dégagent d’une vision parfois trop rapide, le princeps n’est pas seul. D’autres figures sont présentes dans son entourage. Parmi elles, de nombreuses femmes sont encore aujourd’hui peu étudiées, ou encore trop souvent observées à la lumière de sources romaines tendancieuses.

Continuer la lecture de « Aperçu | Lola ARNAUD, “Questionner les conceptions de la féminité dans l’Antiquité : monnayage provincial romain et réception de la figure de Poppée dans l’Empire” »

Aperçu | Maxime PIQUÉ, “Banquets et Société dans le Livre XV des Deipnosophistes d’Athénée de Naucratis : Analyse des Dynamiques d’Échanges et de Réception Culturelle.”

Dans cette communication scientifique, nous présentons une analyse approfondie du Livre XV des Deipnosophistes d’Athénée de Naucratis, une œuvre littéraire grecque classique du 3e siècle après J.-C. Cette étude vise à comprendre la culture et les structures sociales de la Grèce antique, en se focalisant sur les banquets et leurs conversations érudites, un élément central de la vie sociale de l’époque.

La première section de notre analyse traite du rôle et de la signification des banquets dans la Grèce antique. Contrairement à une simple fonction alimentaire, ces banquets représentaient des occasions d’échanges intellectuels et culturels. Athénée, à travers des dialogues sophistiqués, met en lumière la manière dont des sujets variés tels que la philosophie, la poésie et la musique étaient discutés, illustrant la richesse culturelle et les intérêts divers de l’époque. Cette exploration souligne l’importance des normes sociales et éthiques, mettant en évidence le lien entre plaisir et sagesse.

Continuer la lecture de « Aperçu | Maxime PIQUÉ, “Banquets et Société dans le Livre XV des Deipnosophistes d’Athénée de Naucratis : Analyse des Dynamiques d’Échanges et de Réception Culturelle.” »

Aperçu | Marjolaine RAYON, “La relation entre Séléné et les chasseurs”

Séléné, personnification de la Lune, est la sœur d’Hélios, dieu Soleil et d’Éôs, divinité de l’Aurore. Astres du Jour et de la Nuit, ils régissent le temps des hommes et celui des dieux, et leur apportent un bien précieux, la lumière. La lumière de Séléné accompagne les hommes dans leurs activités nocturnes, notamment durant leurs ébats amoureux. Elle éclaire les amoureux et réconforte les âmes en peine. Déesse de l’éclat, elle peut être un modèle de comparaison, direct ou indirect, de la beauté féminine. Elle peut faire naître l’amour en exacerbant les artifices visuels des jeunes filles. Ainsi, Séléné peut être mise en relation avec l’érotisme et la sexualité des hommes mais aussi celle des immortels.

Ces rencontres amoureuses, ne se déroulent pas seulement la Nuit, elles peuvent aussi naître dans l’espace bucolique. Divinité associée, à l’eau, à l’humide et au bœuf, Séléné peut se mêler à la prairie et  à ses habitants, qu’ils soient mortels ou divins, notamment Endymion, son amant, dormeur éternel, à la fois pâtre, bouvier et chasseur, selon les traditions littéraires. Dans cette communication, nous nous concentrerons sur les liens qui peuvent unir Séléné et les chasseurs. Entre lumière, regard et ruse, la chasse peut être vecteur de sexualité et de sensualité. Cette activité peut être comparable aux rapts des jeunes filles suivant le schéma du prédateur qui épie puis poursuit sa proie. De la sorte, Séléné accompagne ces « chasses », activités qui peuvent aussi faire écho aux amours de la déesse ainsi que de sa sœur Éôs.

Bibliographie  :

Calame, Claude, L’Éros dans la Grèce antique, Paris , L’Antiquité au présent, 1996, 255p.

Deacy, Susan et Pierce, Karen F., Rape in Antiquity, London, The classical press of Wales in association with Duckworth, 2002, [1997], 274p.

Schnapp, Alain, Les Chasseur et la cité : chasse et érotique dans la Grèce ancienne, Paris, Albin Michel, 1997, 608p.

Wang, Julia, Séléné : éclipses, éclat et reflets, sous la direction de Charles Delattre, Université Paris Nanterre, 2019, 563p.

Aperçu | Chloé JOMARD, “Gaïa et Déméter : les deux faces d’un rapport grec à la Terre”

La Terre ; sol civique, sol agraire, matière et plafond des enfers. Quelle importance les Grecs donnent-t-ils à un objet qu’ils effleurent chaque jour au revers de leurs sandales ? Dans la configuration (pour éviter la notion épineuse que constitue un « panthéon ») qu’on les Grecs de leurs dieux, une multitude de dieux et déesses tirent leur essence de la terre. Au-delà des nymphes et dryades et à travers les différents niveaux d’influence que peuvent avoir les dieux sur le territoire, ce sont deux déesses qui se démarquent dans le lien qu’elles entretiennent avec les hommes et la terre. D’une part, Gaïa, incarnation fidèle et sûre du socle terrestre, la première parmi tous, d’autre part Déméter, l’Olympienne qui commande aux moissons et dont les mystères auréolent d’abondance.

Quelle que soit la version qu’en donnent les Grecs, Gaïa donne naissance aux premiers hommes, aux premiers athéniens, aux premiers citoyens. Elle incarne l’ancrage d’un homme à sa cité, mais aussi à sa tombe, plafond solide du monde des morts. L’hymne que dédie Homère à Déméter lui offre le pouvoir de créer les saisons. Elle est celle qui donne vie au sol, qui transforme une simple graine en un arbre dont les branches emplies de fruits sont partagées par tous. Et si, au premier abord, leurs champs d’actions semblent réunir deux aspects distincts de la conception que peuvent avoir les hommes de la terre, il ne sera point difficile de montrer qu’en Gaïa et Déméter, les Grecs incarnent les deux faces d’une même pièce.

Bibliographie

Stella Georgoudi, Gaia/Ge. Entre mythe, culte et idéologie, Bergen, The Norwegian Institute at Athens, 2002.

Nicole Loraux, Né de la terre : mythe et politique à Athènes, Paris, Seuil, 1996, 262 p.

Marta Tymoshenko, « The Role of Demeter’s Epithets in the Formation of Goddess’ Image in the Homeric Hymn In Cererem (Rola epitetów Demeter w kształtowaniu się selwetki bogini na podstawie hymnu homeryckiego In Cererem) », Littera Antiqua, 2011, nᵒ 2, p. 4‑

Aperçu | Timothée CHAPPERT, “Héraclès dans les banquets italiotes”

J’ai décidé pour ma présentation de m’appuyer sur mon premier mémoire qui traite des représentations d’Héraclès sur la céramique des colonies grecques de l’Italie du sud en 450 et 300 av. J.C. Cela m’a semblé pertinent car j’ai pu aborder les questions des images dans le banquet et donc la réception qu’en ont les citoyens grecs, mais aussi la réception que peuvent avoir nos yeux contemporains sur ces vestiges archéologiques.

Les images que j’ai pu présenter et analyser dans cette intervention me viennent des ouvrages de Arthur Trendall, archéologue et céramologue qui a répertorié un grand nombre de vases italiotes. J’ai pu m’appuyer sur ces découvertes pour créer mon propre catalogue d’image sur Héraclès. On reconnait facilement Héraclès grâce à des attributs visuels que portent le Héros dans son iconographie. Tout d’abord, il y a la nudité Héroïque qu’il partage avec un bon nombre de Héros, puis sa léonté, sa massue et son arc qui sont des objets peu courants. Enfin Héraclès apparait majoritairement accompagné de divinités dont les plus fréquentes sont : Athéna, Hermès et Niké.

Continuer la lecture de « Aperçu | Timothée CHAPPERT, “Héraclès dans les banquets italiotes” »

Aperçu | Margaux GILLET, ” Jeux de regards : un échange entre le spectateur et le symplegma d’Hermaphrodite et de Satyre”

L’art hellénistique s’intéresse à la représentation de l’homme dans tous ses détails avec le corps en mouvement et l’expression des sentiments. Cela a pour but d’éveiller les sens du spectateur et également son imaginaire. Les symplegmata d’Hermaphrodite et du Satyre en sont le parfait exemple. Le « symplegma de Dresde » est un type statuaire mettant en scène Hermaphrodite et un Satyre, dans une lutte. Hermaphrodite tente d’échapper à l’étreinte d’un Satyre, après qu’il a tenté de l’approcher par l’arrière. Les deux personnages nus s’attachent l’un à l’autre de manière indissociable, avec des jeux de juxtaposition des corps et d’équilibre dans l’espace.

Continuer la lecture de « Aperçu | Margaux GILLET, ” Jeux de regards : un échange entre le spectateur et le symplegma d’Hermaphrodite et de Satyre” »

Aperçu | Alexia COMBE, “Le bel intermédiaire : originalités d’Éros dans la production céramique paestane”

Éros connaît autant d’études que de facettes. Toujours, la question de la « vérité de son nom » (Deipnosophistes, XIII, 14) taraude, pose problème, et donne matière à réflexion aussi bien aux anciens Grecs qu’aux chercheurs en Sciences de l’Antiquité. Fils ailé d’Aphrodite, Éros est un personnage complexe qui agit – force du daimon – sur les champs de la beauté et du désir, au point de se confondre avec eux. Dieu dont il est plus simple de dire ce qu’il fait que ce qu’il est, Éros est, malgré sa complexité, l’immortel le plus représenté sur la céramique de production italiote. Cette vaisselle est le théâtre de traditions locales et de mixités gréco-indigène plus ou moins prononcées, selon les ateliers.

Continuer la lecture de « Aperçu | Alexia COMBE, “Le bel intermédiaire : originalités d’Éros dans la production céramique paestane” »

Aperçu | Émilie SOUÈRES, “Le sanctuaire panhellénique de Delphes, lieu d’échange et construction de la mémoire à travers les offrandes monumentales”

Delphes, l’un des sites les plus prestigieux de l’antiquité grecque, était considéré dès le VIe siècle av. J.-C. comme le centre et le symbole de l’unité du monde grec. Situé en Phocide, sur les pentes du Mont Parnasse, son sanctuaire tirait son prestige en partie de son oracle et des jeux pythiques. Son statut panhellénique lui permit de jouir d’une grande influence dans tout le monde grec, le rendant propice aux propagandes et aux démonstrations de force. Dès l’époque archaïque, les individus et les cités grecques y érigèrent des « offrandes monumentales », pour manifester leur reconnaissance au dieu, tout en montrant leur richesse et leur puissance. Cette désignation moderne de « l’offrande monumentale », conçue pour les besoins de la recherche, définit des ouvrages d’architecture et de sculpture aux dimensions imposantes, perpétuant la mémoire d’un événement ou d’un individu remarquable. Les cités se rendant à Delphes pour consulter l’oracle lors de conflits, la partie significative de ces offrandes est guerrière et constitue d’impressionnants témoignages de la dévotion envers la divinité oraculaire. Selon A. Jacquemin, elles remplissent une double fonction : apaiser l’envie des dieux en leur dédiant une part du butin, et les encourager à favoriser d’autres victoires. Dès le VIe siècle av. nè., elles remplissent une autre fonction : elles permettent aux cités de communiquer entre elles, avec le visiteur, et de forger un discours dans le sanctuaire. Continuer la lecture de « Aperçu | Émilie SOUÈRES, “Le sanctuaire panhellénique de Delphes, lieu d’échange et construction de la mémoire à travers les offrandes monumentales” »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search