JEMMA | Édition 2019

La Journée d’Étude du Master Mondes Anciens (JEMMA) de l’Université de Toulouse II Jean Jaurès se tient chaque année depuis la promotion 2012.

Cette édition 2019 s’articule autour d’une question d’actualité qui est celle des interactions. A l’image du fleuve Méandre (actuel Büyük Menderes), divinisé par les Grecs, qui prend sa source en Carie, au sud de l’Asie Mineure, et va se jeter dans la mer Égée, les sinuosités formées par différents types d’interaction parcourent les mondes anciens. La représentation dans l’espace des relations entre individus, régimes politiques, religions, aires culturelles, productions artistiques, etc. est sans cesse sollicitée par la recherche scientifique. Réseaux, structures et systèmes sont autant de manières de conceptualiser ces interactions. Sans pour autant chercher à figer dans le temps et l’espace ces connexions, leurs différentes configurations possibles jouent un rôle dans la compréhension que nous avons des sociétés anciennes. Ces représentations demeurent néanmoins souples et poreuses, elles constituent des outils à penser l’Antiquité. La construction de ces « cartographies » apporte un faisceau de questionnements propres qu’il est impératif de prendre en compte dans les analyses qui en découlent ; cette journée vise ainsi non seulement à naviguer entre différents types de relations possibles mais aussi à mettre en évidence les enjeux qu’il y a à penser l’Antiquité sur ce mode interactif.

La journée sera divisée en quatre temps :

Le premier axe s’attachera à questionner les rôles que jouent les différents types d’espaces dans la construction des relations de pouvoir, l’organisation du territoire et de l’habitat de l’Attique classique à l’Irlande paléochrétienne. Ainsi, les vacances du pouvoir sont autant d’interstices qui permettent l’exercice d’influences et la mise en place de pratiques politiques spécifiques, quant à la répartition des terres arables, elle est un marqueur non-négligeable du développement de l’habitat.

Le deuxième moment de la journée s’intéressera à la notion de “microcosme” ainsi que l’entendait Démocrite, c’est-à-dire un “petit monde”. On s’interrogera ainsi sur les relations entre différents ensembles cohérents qui forment des structures, des réseaux qui interagissent : quartier, domus, œuvres littéraires… sont autant de microcosmes à considérer pour eux-mêmes et en lien avec d’autres ensembles.

Le troisième temps sera consacré aux flux d’informations : réseaux intellectuels, diffusion de motifs iconographiques, influences et réciprocités sont les thèmes qui émaillent cet axe. Les chemins spatio-temporels empruntés par les idées de l’Antiquité se déploient ainsi à partir d’un personnage, d’un auteur, d’un motif ou encore d’un territoire.

Enfin, le “Focus” de cette édition nous emmènera à la rencontre de “pratiques sociales” divines. La matérialité sera au cœur de ce questionnement : des créations d’Héphaïstos à la céramique retrouvée à Autun, c’est à travers l’objet que se tissent ici les relations entre les dieux mais également entre le divin et l’humain.