JEMMA | Édition 2023

 

L’édition 2023 de la JEMMA propose d’examiner les périodes anciennes au travers de l’articulation entre Corps et Matières, thématique générale qui va être abordée au travers de trois axes distincts.

Corps et matière sont intrinsèquement liés. Le premier est « la partie matérielle des êtres animés »[1] et le second « la substance qui constitue le corps sensible »[2], ce sur quoi peut s’exercer l’activité humaine. C’est pourquoi, durant cette journée d’étude, nous proposons d’envisager le lien entre le travail de la matière et le façonnage du corps, divin et humain, sur un large éventail chronologique, afin tenter d’approcher le cœur des pensées et des traditions des sociétés anciennes.

En effet, si les artisans modèlent la matière afin de donner corps à des objets, ces derniers témoignent tout autant des techniques de fabrication que des préoccupations des sociétés anciennes, notamment lorsque les agents y projettent leurs croyances. L’étude d’un objet peut, de même, nous renseigner sur des pratiques antiques qui relèvent davantage de la dimension idéelle, une matérialisation qui va se retrouver au cœur des réflexions de notre journée. Par ailleurs, les représentations du divin permettent de mieux appréhender la manière dont les différents groupes perçoivent les dieux de l’Antiquité. Le corps divin, qui acquiert une certaine matérialité à travers l’art, peut se faire l’écho ou le reflet de certaines conceptions religieuses. Enfin, l’évocation du corps humain, tant dans l’iconographie qu’à travers les sources textuelles, permet également d’appréhender la mentalité des Anciens. Les soins qu’on lui apporte, entre hygiène, santé et esthétique, témoignent de la vie quotidienne durant l’Antiquité.

Cette 11ème édition de la JEMMA promet, une fois de plus, de mettre en valeur la diversité des approches favorisées par la formation du Master Mondes Anciens. Cette formation permet en effet de croiser les méthodologies et approches disciplinaires (Archéologie, Histoire de l’Art, Histoire et Lettres Classiques) ; elle conduit à développer de nouvelles perspectives autour des « mondes antiques », au-delà des aires géographiques et des bornes temporelles de chacun des participants. À la croisée des regards, notre perception de l’Antiquité s’enrichit ; les idées, les représentations et les pensées des civilisations anciennes prennent corps et continuent à nous offrir matière à réflexion.

[1] Le Petit Robert, sous la direction d’Alain Rey et Josette Rey-Debove, 2022, p. 549.

[2] Le Petit Robert, p. 1552.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search