JEMMA | Édition 2024

Les échanges sont le pilier non pas de notre société mais de notre humanité. En tant qu’êtres humains, nous sommes faits d’échanges. Ce qui nous lie, titre de cette journée d’étude, est l’illustration de ce constat. Le monde est constitué d’un ensemble d’interconnexions comme le démontre la recherche contemporaine par le croisement de ses sources, l’histoire des réseaux et le spatial turn. Les échanges religieux politiques ou inter-personnels témoignent des chemins des capitaux économiques, sociaux et culturels qui rassemblent les individus entre eux par des “liaisons durables et utiles”[1]. Cependant, l’utilisation du terme de “capital” dans le contexte des relations sociales et culturelles est à questionner car il atténue le caractère humain des rapports entre les individus.

Volontairement imprécis, nous avons choisi d’utiliser le pronom “nous” dans le titre de cette journée d’étude, afin de créer un questionnement autour de l’identité des acteurs concernés  par l’échange. La réponse que nous voulons y apporter est holistique : “nous” est ici une large multiplicité d’entités, tant humaines que divines, et tant antiques que contemporaines. Enfin, ce qui nous lie, c’est notre intérêt pour l’Antiquité.

Étudier la notion d’échange dans l’Antiquité revient également à prendre en compte ce qui nous sépare d’elle. Cette période offre une multiplicité de preuves d’échanges dans la vie quotidienne : textes, images, objets. Celles-ci nous sont parvenues par des moyens divers alors qu’elles ne nous étaient pas nécessairement destinées. Bien que les termes d’échange et de réception soient proches, il faut néanmoins les distinguer. L’échange peut être matériel, culturel ou social. Il peut être codifié ou non. La réception, quant à elle, n’implique pas de réciprocité. Elle est propre à chacun et est également influencée par la société dans laquelle vit l’individu.

Cette 12e édition de la JEMMA propose de mettre en lumière les diverses approches de la formation pluridisciplinaire du Master Mondes Anciens. L’Antiquité nous lie tous. Elle bâtit des ponts entre les époques et entre les individus. Cette journée d’étude est pour nous, jeunes chercheurs en Sciences de l’Antiquité, l’occasion de proposer une réflexion sur ces liens et sur la manière de recevoir l’Antiquité dans le temps et l’espace, au cours d’interventions aussi variées qu’uniques.

[1] Bourdieu Pierre, “Le capital social”, dans Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 31, 1980, p. 2.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search