Aperçu | Méline FULBERT, “Soigner le corps, restaurer l’apparence : le cas des cicatrices chez Celse”

Il y a quelques années, dans un ouvrage collectif intitulé Corps romains, Catherine Baroin décrivait la cicatrice comme “un danger pour le corps – corps physiologique, corps esthétique, corps civique”. L’idée que la cicatrice ne porterait pas uniquement préjudice à la santé du corps, mais aussi à son apparence, a particulièrement retenu notre attention. En effet, la question des liens unissant la santé et la beauté, et de là, les soins thérapeutiques et cosmétiques, est au coeur du travail de recherche que nous menons actuellement dans le cadre du Master Mondes Anciens. Notre réflexion s’inscrit dans le De medicina, un traité médical latin de huit livres, daté du Ier siècle ap. J.-C. et attribué à Celse. Le terme latin cicatrix, qui désigne la cicatrice, apparaît pas moins de soixante fois dans l’ensemble de l’oeuvre. Nous nous proposons, dans le cadre de cette journée d’études dédiée au
corps et à la matière, de revenir, à travers une étude de cas, sur les soins des cicatrices décrits par Celse dans son De medicina. Ceux-ci, nous le verrons, se situent à la limite de la thérapeutique et de la cosmétique.

Continuer la lecture de « Aperçu | Méline FULBERT, “Soigner le corps, restaurer l’apparence : le cas des cicatrices chez Celse” »

Aperçu | Gwenaëlle BONNAL, “Corps en accord : interrelations mère, nouveau-né, sage-femme dans la naissance antique”

Dans l’Antiquité, lors de la naissance, les postures corporelles et les rapports entre les protagonistes de l’accouchement différaient de ceux d’aujourd’hui. Mère, enfant, sage-femme, par la position de leur propre corps et par leur relation avec le corps des autres, agissaient et interagissaient dans une combinaison triangulaire, favorisant ainsi le bon déroulement de la naissance. En nous appuyant sur des récits, des mythes, des traités médicaux antiques et sur des représentations iconographiques de scènes d’accouchement, nous verrons quelles attitudes adoptaient parturiente, aidante et nourrisson ainsi que la manière dont était traité le corps de l’enfant naissant.

Continuer la lecture de « Aperçu | Gwenaëlle BONNAL, “Corps en accord : interrelations mère, nouveau-né, sage-femme dans la naissance antique” »

Aperçu | Thomas GRIERA, “Contribution à l’étude des pratiques funéraires chez les Consoranni””

L’étude des pratiques funéraires est un thème archéologique vaste et varié
livrant de nombreuses informations sur une population visée. Toutefois, quelques sociétés restent à l’écart de ces recherches et méritent un renouvellement ou un enrichissement dans ces données. Les Consoranni, peuple gallo-romain du Haut et Bas-empire en sont un exemple parmi d’autre. Dès le XXème siècle, un pôle scientifique très restreint couplé à un amateurisme local a dégagé les premières problématiques liées à cette population et notamment dans les pratiques funéraires de cette dernière. Partant avec des bases limitées, ce travail de recherche a pour objectif de rassembler, collecter et interpréter toutes traces funéraires du peuple concerné dans un contexte antique. Ainsi, les diverses informations récoltées pourront être comparées avec les découvertes funéraires d’autres sites archéologiques à proximité, ou non, du territoire et de la chronologie étudiée. La synthèse de ce corpus permettra de mieux connaitre ce peuple par les indices laissaient à l’aide des traces funéraires et, par addition, complétera les informations, déjà peu nombreuses, sur les pratiques funéraires locales.

Continuer la lecture de « Aperçu | Thomas GRIERA, “Contribution à l’étude des pratiques funéraires chez les Consoranni”” »

Aperçu | Alexandra CLOS, “Aphaia, la déesse invisible : stratégies divines face à la menace de violences corporelles”

Britomartis est une nymphe crétoise, honorée par les pêcheurs et les chasseurs de l’île. Selon les différentes versions du mythe, elle est également appelée Diktynna, Artémis ou Aphaia, un adjectif qui signifie « Invisible ». En effet, poursuivie par le roi Minos, épris d’elle, Britomartis tente de fuir et de se cacher de différentes façons selon les versions du mythe. Nous nous concentrerons dans cette communication sur l’épithète Aphaia, mentionnée par Antoninus Liberalis dans ses Métamorphoses (XL), où il relate comment Britomartis échappa à Minos en sautant dans les filets d’un pêcheur et tenta de se rendre à Egine sur la barque de ce dernier qui lui aussi l’agressa. S’enfuyant dans les bois, elle fut alors rendue invisible aux yeux de son agresseur et de tous les hommes par Artémis, prenant alors le nom d’Aphaia à Égine.

Continuer la lecture de « Aperçu | Alexandra CLOS, “Aphaia, la déesse invisible : stratégies divines face à la menace de violences corporelles” »

Aperçu | Manon Desmazeaud, “Donner corps à un dieu : Hadès dans les fictions contemporaines”

Aux  XXème et XXIème siècles, œuvres littéraires, bande-dessinées, films, séries et jeux vidéos semblent avoir été le vivier d’un grand nombre de réécritures de mythes antiques. Étudier ces œuvres et leurs manières de s’approprier et de réinventer les traditions anciennes est un axe de recherches de la Réception de l’Antiquité. La revue Antiquipop s’est d’ailleurs spécialisée dans l’étude des références à l’antique dans la culture populaire. C’est en nous inspirant de ces travaux que nous traiterons du cas d’Hadès et ses “character-design[1]” dans les fictions contemporaines. Ce dieu grec a été discret, peu traité dans la recherche autant dans son contexte d’origine que dans ses interprétations modernes; il y a pourtant beaucoup à dire sur l’évolution de sa perception et, bien entendu, de ses représentations.

Car Hadès, ou Pluton, est un dieu qui n’a pas reçu le même traitement dans l’art antique que ses pairs Olympiens. Ce qui rend ses représentations rares, et par conséquent les inspirations visuelles disponibles pour les artistes contemporains tout autant. Pourtant, il semble avoir particulièrement marqué l’imaginaire populaire, avec une imagerie bien définie. Hadès dans le long métrage d’animation Hercules de la Walt Disney Pictures Company, a sans doute joué un rôle dans la mise en avant du dieu à notre époque contemporaine. Ces représentations dans les fictions sont tout autant d’indices sur l’évolution de la perception de la divinité dans l’imaginaire populaire. En se penchant sur deux exemples de représentation moderne d’Hadès, nous montrerons comment est construite son apparence physique et tenterons de mettre en lumière ce qui influence les artistes dans leurs choix, quand les références iconographiques antiques sont aussi peu nombreuses ou évocatrices.

Continuer la lecture de « Aperçu | Manon Desmazeaud, “Donner corps à un dieu : Hadès dans les fictions contemporaines” »

Aperçu | Solène Poncet, “Muses de marbre: donner sens au corps”

A la suite des conquêtes d’Alexandre, le monde grec s’est largement étendu et
diversifié. L’époque hellénistique, que nous situons du IVè au Ier siècle avant notre ère, marque ainsi un tournant dans la culture grecque. L’imagerie de la sculpture grecque se développe autour de nouveaux thèmes et de nouvelles techniques. Margarete Bieber définit l’époque hellénistique comme naturaliste, en opposition à l’idéalisme de l’époque classique.
C’est dans cet espace en mutation que nous avons décidé d’étudier la représentation des Muses, déesses des arts et amies du poète. D’après Roland R. R. Smith2, les Muses sont un élément nouveau de la grande statuaire. Leur apparition dans la grande plastique pose la question de leur importance dans la société grecque et témoigne d’une possible évolution de
leurs fonctions. L’intérêt de notre intervention est de comprendre comment le développement de la statuaire hellénistique est porteuse de sens dans le renouvellement de la représentation des Muses. Il s’agit d’abord de comprendre comment le développement du travail du marbre à l’époque hellénistique a pu influencer la représentation des Muses. Ensuite, il est important de comprendre les mécanismes socio-culturels de l’époque hellénistique et quel est leur rôle dans la mutation de la représentation des Muses dans l’art grec.

Continuer la lecture de « Aperçu | Solène Poncet, “Muses de marbre: donner sens au corps” »

Aperçu | Justine ARNAULT, “Le travail de l’argile par les artisans romains”

Dans le cadre de mon mémoire, j’étudie les différents matériaux de construction en terre cuite architecturale de la villa de Port-la-Nautique à Narbonne. Appelés également TCA, ces éléments prennent une place importante dans la construction en Gaule Romaine et deviennent incontournables au cours du 1e siècle ap. J-C. Il existe toutes sortes de matériaux de construction en terre cuite architecturale, comme des tuiles (tegula et imbrex), des briquettes de spicatum, des quarts de ronds, des briques, des antéfixes, ou encore des acrotères. Ces matériaux en terre cuite sont façonnés à l’aide de différentes méthodes afin de produire des formes et des utilisations multiples. Les artisans ont la tâche de fabriquer des éléments architecturaux à l’aide d’argile, ainsi que des outils, comme des moules, pour de modeler la terre. Finalement, ces éléments étaient cuits dans des fours afin qu’ils deviennent des matériaux solides. Il s’agira ici de comprendre la chaîne préparatoire pour arriver à un produit fini et comment ce produit peut servir aux archéologues.

Continuer la lecture de « Aperçu | Justine ARNAULT, “Le travail de l’argile par les artisans romains” »

Aperçu | Mathilda Martial, “Les représentations des artisans du métal dans la sculpture provinciale (I e – III e apr. J.-C.)”

La sculpture provinciale fournit une documentation importante, le plus souvent funéraire, sur la vie quotidienne des populations de l’Empire romain. Bien que les monuments représentant des artisans (stèles, autels, bas-reliefs…) n’apportent pas plus d’éléments d’informations sur leurs conditions de vies que les sources littéraires, ils suscitent un grand intérêt des chercheurs. L’utilisation de l’épigraphie et de l’iconographie, seuls ou en relation avec les vestiges archéologiques, permet de nous renseigner sur les métiers et les savoirs des artisans romains. Dans le cadre de cette journée d’étude, nous présenterons les représentations iconographiques des
artisans du métal en nous appuyant sur le corpus de reliefs funéraires des Gaules et des Germanies que nous avons constitué pour le mémoire de M1. On verra que le secteur de la métallurgie présente plusieurs noms de métiers qui sont déterminés par les matériaux (fer, cuivre, bronze…), les productions et les techniques adoptées par les artisans. Dans le courant du IIe siècle et au IIIe, la
diffusion des monuments et des inscriptions funéraires connait un essor important dans les provinces de la Gaule. La sculpture funéraire gallo-romaine s’inspire des modèles italiens, toutefois, elle ne transpose pas à l’identique les formes monumentales élaborées en Italie. Il s’agira donc de comparer les différents modes de représentations de ces artisans et de proposer un aperçu iconographique plus large à travers les provinces romaines. Nous verrons également quelques exemples d’inscriptions, qui attestent de la pluralité des métiers lié au travail du métal, révélant la complexité et la diversité de ce milieu socio-économique à l’époque romaine.

Continuer la lecture de « Aperçu | Mathilda Martial, “Les représentations des artisans du métal dans la sculpture provinciale (I e – III e apr. J.-C.)” »

Aperçu | Bernardon Dominique, “Matière grise perdue : la collection Gabriel Manière remise au jour”

Gabriel Manière (1909 – 2008) était inspecteur au service des eaux , passionné d’histoire . C’est un archéologue autodidacte. G. Manière est intervenu sur de nombreux sites archéologiques en Haute -Garonne , en Comminges et dans le Volvestre . Il a effectué plusieurs collaboration avec M. Labrousse (1912 – 1988). Lors de ses travaux il a recueilli de nombreux objets, dont il fait mention dans des rapports de fouilles. Après son décès, une partie de sa collection a été confiée, selon ses dernières volontés à Madame Gabrielle ODON qu’il avait parfois associé à ses travaux. Cette dernière a contacté Martine JOLY afin qu’une expertise de l’ensemble soit réalisée. Il fallait dans un premier temps réaliser un inventaire de cette collection. Cette mission m’a été confiée, dans le cadre de mon Master 1. Mon intervention a permis de dénombrer 288 caisses, ainsi que de la documentation de fouille qui concernent les sites fouillés dans les années 70. Le travail commencé dans le cadre de mon Master 1 a donc permis de remettre au jour d’importants lots de mobilier, mais également de « matière grise » qu’un certain nombre d’archéologues pensaient perdus.

Continuer la lecture de « Aperçu | Bernardon Dominique, “Matière grise perdue : la collection Gabriel Manière remise au jour” »

Aperçu | Fanny Langlade, “Le corps dionysiaque dans la céramique lucanienne (440 et 330 avant J.-C.)”

Evoquer le corps dionysiaque, c’est à la fois envisager la manière dont Dionysos lui-même est représenté, et les personnages qui l’accompagnent, qui font corps avec lui. La céramique lucanienne produite entre 440 et 330 avant J.-C. constitue un support privilégié afin de mieux appréhender cette divinité polymorphe. Elle permet également d’apprécier les préoccupations de communautés italiotes, entre permanence de l’héritage grec et constitution d’une nouvelle iconographie, propre à la Lucanie.

Au regard des cent-vingt-deux vases composant le corpus, il s’agit tout d’abord de déterminer les traits constitutifs de Dionysos, notamment à travers son apparence physique et les objets spécifiques qui lui sont attribués. Il nous apparait dès lors que la représentation du corps de la divinité se complexifie. Il devient compliqué d’identifier le fils de Sémélé, car les jeunes hommes imitent ses postures et s’emparent de ses attributs afin de s’assimiler à lui. D’autre part, la gestuelle et les attitudes adoptées par le dieu manifestent l’apaisement ; il apparaît généralement figé dans  une posture hiératique ou spectateur des activités de ses compagnons occupés à le divertir. Dionysos évolue ainsi dans une atmosphère sereine, où la pondération est préférée à l’exaltation, loin de l’agitation du thiase en proie à la mania, pourtant privilégiée dans l’iconographie attique. L’enjeu de notre étude réside dans l’interprétation de cette imagerie italiote complexe, au sein de laquelle le corps dionysiaque acquiert une importance déterminante, reflet de la mentalité d’une civilisation en pleine mutation.

Continuer la lecture de « Aperçu | Fanny Langlade, “Le corps dionysiaque dans la céramique lucanienne (440 et 330 avant J.-C.)” »

Aperçu | Coraly Galindo, “La représentation de la présence étolienne dans le sanctuaire de Delphes au IIIe siècle av. J.-C.”

« Là, se voit aussi un trophée érigé par les Étoliens, avec une statue de femme armée, qui représente l’Étolie. Ce monument a été consacré aux dépens des Gaulois ». Pausanias nous parle dans sa Description de la Grèce d’une statue encore présente au IIer siècle ap. J.-C, lors de son passage à Delphes. Les Étoliens ont érigé cette statue après leur victoire sur les Galates en 279 av. J.-C. Ils prônent le mérite de cette victoire mais ils n’étaient bien entendu pas les seuls à défendre le sanctuaire. C’est donc par cette victoire que les Étoliens mettent la main sur le sanctuaire à partir du début du IIIe siècle av. J.-C, et leur pouvoir s’accroît à chaque fois que les Étoliens récupèrent un siège de plus au conseil amphictyonique. Les Étoliens ont multiplié les témoignages de leur présence durant ce siècle, notamment avec plusieurs statues qu’elles soient publiques ou privées. Les traces de leur présence ne manquent pas. Les archéologues qui ont fouillé le sanctuaire ont pu reconstituer grâce aux fragments retrouvés un peu partout autour de la terrasse du temple et de l’opisthodome, les monuments comme ils devaient être érigés au IIIe siècle av. J.-C. La statue représentant l’Étolie décrite par Pausanias est la plus symbolique de toutes les consécrations faites par les Étoliens. C’est la première des offrandes étolienne qui célèbre la victoire sur les Galates. Nous verrons que les Étoliens ont consacré plusieurs monuments en rapport avec cette victoire mais également avec d’autres évènements du IIIe siècle.”

Bibliographie indicative :

AMANDRY, P., « Consécration d’armes galates à Delphes »,  in : Bulletin de correspondance hellénique, 102.2, 1978, p. 571-586.

COURBY, F., Fouilles de Delphes II, terrasse du temple, Fontemoing, Paris 1927.

FLACELIERE, R., « Les rapports de l’Aitolie et de la Béotienne au IIIe siècle av.J.-C », in : Bulletin de correspondance hellénique, 1930, p. 75-94.

NACHTERGAEL, G., Les Galates en Grèce et les sotéria de Delphes : recherches d’histoire et d’épigraphie hellénistiques, in : Revue belge de philologie et d’histoire, tome 57, fasc. 3, Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1977.

REINACH, A., « Un monument delphien : les trophées gaulois de Kallion », in :  Journal international d’archéologie numismatique, 13, 1911, p. 117-240.

Aperçu | Bastien Rouvière, “Suivre un dieu à la trace, Sarapis hébergé dans les sanctuaires d’autres divinités en Égypte (IVème siècle a.C.-IVème siècle p.C.)”

La diffusion de la figure divine de Sarapis sur sa terre natale qu’est l’Égypte reste encore fort mal connue. Hormis quelques grands sanctuaires qui se situent pour la plupart dans la région alexandrine et dont le nom est passé à la postérité, les autres sanctuaires de Sarapis disséminés sur le territoire égyptien sont bien moins connus. Nous dénombrons à l’heure actuelle une quarantaine de sanctuaires le long de la vallée du Nil et dans les déserts qui s’étendent sur chacun de ses côtés, cependant si Sarapis est présent dans chacun d’entre eux il n’a pas la même place dans chacun des cas. En effet une partie de ces temples sont directement dédiés à Sarapis, mais une part importante de notre corpus concerne des sanctuaires dans lesquels Sarapis n’est pas le propriétaire principal il est souvent un sunnaos theos. La traque de divinités accompagnant la divinité principale d’un sanctuaire peut s’avérer bien complexe car cette dernière laisse souvent moins de traces que le propriétaire des lieux. Il est alors nécessaire de croiser des sources de différentes natures à notre disposition (épigraphie, papyrologie, archéologie…) pour retrouver Sarapis dans des sanctuaires qui ne sont pas les siens. Nous cherchons ainsi à savoir si les formes qu’ont pu prendre les diverses installations de Sarapis dans ces sanctuaires peuvent nous apporter des réponses.

Bibliographie indicative :

BRECCIA, E., Monuments de l’Égypte gréco-romaine, Tome Premier, Officine dell’Istituto italiano d’arti grafiche, Bergamo, 1926.

BRICAULT, L., Les cultes isiaques dans le monde gréco-romain, Les Belles Lettres, Paris, 2013.

BRICAULT, L., & VERSLUYS, M. J. (ed.), Isis on the Nile : Egyptian gods in Hellenistic and Roman Egypt : proceedings of the IVth International conference of Isis studies, Liège, November 27-29, 2008 : Michel Malaise in honorem, Brill, Leiden-Boston, 2010.

DUNAND, F., & ZIVIE-COCHE, C., Dieux et hommes en Égypte 3000 av. J.-C. 395 apr. J.-C., Armand Colin, Paris, 1991.

SARAGOZA, F., « La « maison à double-carré » de Médamoud et les sanctuaires isiaques d’Égypte », in : Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 112, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 2012, p. 349-370.

Aperçu | Fanny Isnardon, “L’Oppidum de l’Impernal de Luzech (Lot) – De la découverte des vestiges anciens aux traces laissées par les chercheurs.”

Les oppida de la région du Lot ont été longuement fouillés notamment au 19e siècle afin de découvrir le lieu exact de la dernière bataille de la guerre des Gaules, la bataille d’Uxellodunum, décrite par Jules César dans ses commentaires. Les premières fouilles sur l’Impernal ont donc été opérées dans cette optique. Grâce à la découverte d’un murus gallicus sur le plateau Luzech a été envisagé pour être Uxellodunum. Ce qui a permis de mettre en lumière ce site et d’intéresser de nombreux archéologues et amateurs à venir fouiller sur ce site. Depuis la découverte de l’Impernal les différentes recherches ont permis de dégager un certain nombre de bâtiments sur le plateau principal, qui ont été datés entre la période d’Hallstatt et le Haut-Moyen Age. Le site de l’Impernal comprend encore aujourd’hui de nombreux vestiges anciens notamment temple de type « fanum », une forge ainsi que trois remparts d’époques différentes dont un de type « murus gallicus ». En plus de ces traces d’époques anciennes les différentes fouilles ont pu laisser elles aussi leurs traces sur le plateau. En effet, à travers les récits journaliers des archéologues ou des amateurs du 20e siècle il est possible de rétablir les zones et plus précisément les tranchées de fouilles faites lors de ces recherches. Enfin, certains indicateurs sur le site permettent de localiser ces fouilles. Il s’agit donc ici de réfléchir à la façon reprendre des recherches sur les vestiges anciens en prenant en compte les précédentes études menées sur le site de l’Impernal.

Bibliographie indicative :

VIRE, A., Commission d’étude des enceintes préhistoriques et Fortifications anhistoriques, Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 10, fascicule 12, 1913, p. 687-713.

TARDIEU., R., Fouilles de l’Impernal « Bâtiment VI », Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, Cahors, tome 75, fascicule 4, 1954, p. 203-215.

ROYERE., J., L’Oppidum de l’Impernal, Annales des Xie Rencontres Archéologiques de Saint-Céré, 10, 2003, p. 47-56.

GUYARD, L.,  LUZECH – Le site de l’Impernal, Annales des XXVIIIe Rencontres Archéologiques de Saint-Céré (Lot), 27, 2020, p. 107-116.

FILIPPINI, A., Carte archéologique de la Gaule (46) : le Lot. Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’homme, 2011, p. 189-194.

Aperçu | Marianne Schreinemachers, “Circulation monétaire sur le site de La Fontaine du Haut à L’Isle-Jourdain (Gers), Ier – Ve siècles ap. J.-C.”

En 2019, une fouille d’archéologie préventive réalisée par le bureau d’études Hadès à La Fontaine du Haut, sur la commune gersoise de L’Isle-Jourdain, a livré 1255 monnaies romaines datées du Ier au Ve siècle ap. J.-C. Les recherches archéologiques ont permis la découverte de nombreux vestiges sur la commune de L’Isle-Jourdain, et notamment au sud du centre-ville, où se trouve le site de La Fontaine du Haut. Ce gisement est situé près d’un ancien relais routier antique – la Mutatio Bucconis – placé sur la voie romaine qui reliait Toulouse à Bordeaux. Ce travail de recherche a pour objectif d’étudier les traces de la circulation monétaire à La Fontaine du Haut. Les dates d’émission, les ateliers monétaires et la proportion de monnaies d’imitation permettront ainsi de dresser un tableau de la circulation monétaire dans le sud de L’Isle-Jourdain. Elles seront comparées avec les découvertes numismatiques d’autres sites archéologiques localisés à proximité, tels que La Gravette, Cornac Ouest et La Fontaine du Haut (2017). La confrontation de l’important corpus de 1255 monnaies avec ces trois lots de taille plus modeste précédemment mis au jour à L’Isle-Jourdain, permettra une mise en perspective intéressante de La Fontaine du Haut et complétera les informations sur la circulation monétaire locale. Dans la mesure où aucun lot aussi important n’a été trouvé dans la région entre Bordeaux et Toulouse, l’étude numismatique de La Fontaine du Haut à L’Isle-Jourdain comblera une lacune dans les connaissances numismatiques régionales, et revêt à ce titre un caractère précurseur.

Bibliographie indicative :

AMANDRY, M., BURNETT, A. M., Hostein, A., CALLATAY F. de, La monnaie antique : Grèce et Rome, VIIe siècle av. J.-C.-Ve siècle apr. J.-C, Ellipses, Paris, 2017.

CARRIE, J.-M., « Ressources métalliques, politiques monétaires, production et circulation des espèces dans l’Empire romain tardif », in : Chameroy J. et Guihard P.-M. (ed.), Produktion und Recyceln von Münzen in der Spätantike / Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire, 1. 1ères Rencontres internationales de numismatique (15-16 mai 2014, Mainz), p. 3‑27, 2016.

PILON, F., « Les imitations du milieu du IVe siècle : production, diffusion et interprétation », in : Chameroy J. et Guihard, P.-M. (eds.), Produktion und Recyceln von Münzen in der Spätantike / Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire, 1. 1res Rencontres internationales de numismatique (15-16 mai 2014, Mainz), p. 265-277, 2016.

Rapports d’opérations :

CAZES, J-P., (dir.), L’Isle -Jourdain « La Gravette », DFS de sauvetage urgent (1994), 2° opération, avec le concours de la Direction Départementale de l’Équipement du Gers, SRA Midi-Pyrénées, 2 vol, 1997.

PAYA, D., L‘Isle-Jourdain, Cornac-ouest, Collège du Gers (Gers) ; Rapport final d’opération de fouilles. Bègles : Inrap Grand Sud-ouest, Vol 1., 2018.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search