Aperçu | Fanny Langlade, “Le corps dionysiaque dans la céramique lucanienne (440 et 330 avant J.-C.)”

Evoquer le corps dionysiaque, c’est à la fois envisager la manière dont Dionysos lui-même est représenté, et les personnages qui l’accompagnent, qui font corps avec lui. La céramique lucanienne produite entre 440 et 330 avant J.-C. constitue un support privilégié afin de mieux appréhender cette divinité polymorphe. Elle permet également d’apprécier les préoccupations de communautés italiotes, entre permanence de l’héritage grec et constitution d’une nouvelle iconographie, propre à la Lucanie.

Au regard des cent-vingt-deux vases composant le corpus, il s’agit tout d’abord de déterminer les traits constitutifs de Dionysos, notamment à travers son apparence physique et les objets spécifiques qui lui sont attribués. Il nous apparait dès lors que la représentation du corps de la divinité se complexifie. Il devient compliqué d’identifier le fils de Sémélé, car les jeunes hommes imitent ses postures et s’emparent de ses attributs afin de s’assimiler à lui. D’autre part, la gestuelle et les attitudes adoptées par le dieu manifestent l’apaisement ; il apparaît généralement figé dans  une posture hiératique ou spectateur des activités de ses compagnons occupés à le divertir. Dionysos évolue ainsi dans une atmosphère sereine, où la pondération est préférée à l’exaltation, loin de l’agitation du thiase en proie à la mania, pourtant privilégiée dans l’iconographie attique. L’enjeu de notre étude réside dans l’interprétation de cette imagerie italiote complexe, au sein de laquelle le corps dionysiaque acquiert une importance déterminante, reflet de la mentalité d’une civilisation en pleine mutation.

Continuer la lecture de « Aperçu | Fanny Langlade, “Le corps dionysiaque dans la céramique lucanienne (440 et 330 avant J.-C.)” »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search